Arts

Le salon du dessin contemporain devient DRAWING NOW

Le salon du dessin contemporain devient DRAWING NOW

25 mars 2011 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Une fois entrés dans le Carroussel, le salon est immanquable et immense. Devant nous 82 galeries, dont 30% sont étrangères. Ce voyage traverse la France du sud au nord , l’Europe et les Etats-Unis. De quoi se faire une idée des préoccupations des artistes et particulièrement, des jeunes artistes.

Evidement, un salon est synonyme de rencontres professionnelles. Les galeries, notamment provinciales en profitent pour montrer leurs œuvres. Mais, Drawing Now est aussi un musée où l’on peut découvrir des artistes en devenir ou déjà confirmés. L’occasion aussi pour certains de s’offrir leur première toile pour quelques centaines d’euros.

On peut juste flâner parmi les stands et s’attarder dans « Le musée imaginaire » . Fidèle à l’idée de mettre en exergue le dessin dans tous ses états, DRAWING NOW PARIS a demandé à Pierre Cornette de Saint-Cyr, célèbre commissaire priseur qui a été l’un des tous premiers – voire le premier – à instituer un prix de dessin contemporain en 1976, de penser un musée imaginaire , idée posée jadis par André Malraux. L’occasion de laisser trainer ses yeux sur un Basquiat ou un Combas, comme dans un Beaubourg signature. Une expérience décalée et réussie dans un salon.

Focus sur nos coups de cœur:


La galerie AlFa, 4 rue de Trévisse, 75009 , Paris.
La galerie d’Alfa choisit de proposer dans son stand un portrait de l’Etat du monde. Nous sommes accueillis par le mur de visages, plutôt clownesques, mais vite effrayants de Davor Vrankic . C’est Alexis Gallissaires ( visuel) qui vous glacera le sang. Mirador, enfants ressemblant aux jeunesses hitlériennes, son œuvre , superbe, est résolument engagée.

La galerie Bonneau-Samames, 43 rue Dragon-13006, Marseille
Niché au cœur de la cité phocéenne, les propriétaires des lieux ont choisi de transformer leur maison en galerie, ou l’inverse ! A Drawing Now ils présentent notamment des œuvres superbes du canadien Luke Painter.

Galerie Caroline Vachet,23 rue Burdeau, 69001 Lyon
Le stand de la galerie Caroline Vachet est le plus joli, entre les œuvres d’ Anya Belyat Giunta, se glissent des petits personnages découpés. Cette artiste Russe réside aujourd’hui à St Etienne et son travail dépote. Teintées de Manga, ses jeunes filles sont plutôt agressives, pour notre grande joie.

Galerie GZ, 19 rue de Miromesnil, 75008 Paris
La galerie GZ travaille autour du street art, elle propose notamment des œuvres Freddish, artiste urbain , performeur et incroyable voyageur. Ce sont ses carnets de voyages dessinés et peints avec des couleurs vives qui sont présentés. E.T , un autobus, Freddish s’amuse et nous séduit.
Egalement, des dessins du graffiti artiste  Zeer, à la précision téchnique infinie viennent zoomer sur le monde.

 

Désirs : le Ballet de Lorraine voyage en Afrique
Arno Rock’N’Roll certitude à Chatillon pour Chorus
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *