Arts
Le corps en mouvement, le Réfectoire des Cordeliers fait danser l’art plastique

Le corps en mouvement, le Réfectoire des Cordeliers fait danser l’art plastique

07 avril 2011 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Comment représenter le mouvement? Depuis l’Antiquité jusqu’aux robots les plus évolués, la reproduction du geste humain a été une permanence de la recherche artistique et scientifique. Sur 800 m2 , le superbe Réfectoire des Cordeliers accueille « Le corps en mouvement » , une exposition magistrale, enrichie de conférences et de performances d’artistes. A découvrir d’urgence.

Le choix du commissaire d’exposition, Yvan Brohard a été,  dans une dialectique thématique et chronologique, d’interroger l’image du mouvement. Le parcours débute par l’étude du mouvement figé dans l’instant. On y découvre un couple de statues chinoises en rondes-bosses, Lokapoa, en terre cuite datant du 7e siècle, gardiens de tombe, ils empêchent mains levées aux mauvais esprits d’entrer. Que ce soit en art plastique ou en peinture ,chercher le rythme a été une permanence. C’est ainsi que des artistes ont conçu

des marionnettes et des automates de plus en plus performants. De la jolie pianiste de Watteau  qui imite le mouvement de la respiration, en passant par un sensible Chaplin  issu des temps modernes  allant et venant sur son trapèze,  au robot Nao capable de parler et de bouger comme un homme, l’envie est celle d’une route vers un réalisme de plus en plus poussé.

La suite de l’exposition fait la part belle au travail d’Étienne-Jules Marey et Georges Demeny sur la chronophotographie. La photographie glisse alors du côté cinématographique dans une tendance  proche de celle du Stop Motion très utilisée dans la tendance  publicitaire actuelle.  A l’image du Nu descendant l’escalier de Duchamps, le mouvement est ainsi décomposé, dans une vitesse donnant l’illusion d’une mobilité.

L’exposition retrouve la statuaire vers la fin, s’attachant aux représentations religieuses, telle cette magnifique  nymphe grecque du 3e siècle en terre cuite dansant, un pied en avant, le bras levé et la tête engagée. Le corps spectacle et le corps sportif offrent des images émouvantes. On sera étonné devant des statues en bronze imitant le cuir en contorsion et de corps handicapés ici sublimés.

« Le corps en Mouvement » rassemble des œuvres rares piochées essentiellement dans des collections privées. Elle offre un panorama dans le temps et dans les Arts d’une obsession humaine, celle de rendre vivantes des représentations artistiques.  Par la  photographie, la sculpture, la peinture ou le dessin, l »exposition met en avant cette volonté  permanente  de représentation de l’homme.

 

 

 

 

Représentation exceptionnelle de Zone Libre de Jean-Claude Grumberg, le 8 mai à l’Espace Rachi
Festival Super! Mon amour
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture