Arts

L’« aniversère » du Petit Nicolas dans les salons de l’Hôtel de Ville

05 mars 2009 | PAR marie

petit-nicolasL’air de rien, le petit bonhomme haut de deux centimètres qui accourt rejoindre ses copains son cartable à la main est cinquantenaire…. La Mairie de Paris, qui lui fête son anniversaire, rend hommage à ses deux pères, Jean-Jacques Sempé et René Goscinny.

Pour un petit garçon qui rêve de foot et de bagarres entre copains, un après midi d’anniversaire chez une fille dans un salon emplit de jupes et de couettes n’a rien de passionnant… Haut perché sur sa chaise, l’unique invité masculin n’en reste pas moins philosophe : Marie-Edwige est une « chouette » fille, plus tard il se mariera avec elle…

Plus tard, cinquante ans plus tard, le minuscule bonhomme n’est pas encore fiancé, il a toujours son éternelle bande de copains – « tous des guignols »-, des parents qui viennent d’acquérir la télé et une « terrible » mémé. Le Petit Nicolas, né dans le journal Sud Ouest en mars 1959, est resté, ainsi que son géniteur aimait à le qualifier, « un enfant normal ». Simplement, de sa cour d’école, il a voyagé : du papier journal au livre, de Delanoël aux éditeurs allemands, bulgares, chinois, vietnamiens, etc. Sa première apparition dans un album ne fut pas aussi remarquée que son entrée dans les colonnes serrées de la presse… Les lecteurs de Sud Ouest avaient alors plébiscité par leurs courriers le petit d’homme qui, en retour, leur avait donné rendez-vous tous les dimanches, sous forme de feuilleton.

Le petit bonhomme en culottes courtes participe d’une révolution qui le dépasse : celle des éditions jeunesse. Il apparaît dans Pilote, l’égérie de cette révolution qui rend les honneurs aux héros de BD. Nicolas ne bulle pas comme ses frères de sang, Astérix et Lucky Luke ; ne boit pas de potion magique, et lorsqu’il tire, c’est avec un revolver en plastique… Pas de quoi en faire un plat, aurait pensé son meilleur copain, Alceste, un « gros qui mange tout le temps ». Et effectivement, le premier album signé Sempé et Goscinny est un échec (1960). Deux volumes plus tard, Nicolas a fait son nid dans les libraires.

Tant est si bien que la parution en 2009 d’histoires inédites est l’objet d’une véritable cérémonie à l’Hôtel de Vile de Paris. Aux premiers temps de l’aventure, à l’époque du feuilleton à Sud Ouest Dimanche, Sempé avait une semaine de retard sur les textes de Goscinny : ce dernier lui donnait son tapuscrit le lundi, le dessinateur avait jusqu’au jeudi pour l’illustrer et le vendredi, le tout était envoyé. Pour ces dernières histoires parus, Sempé avait une cinquantaine d’années de retard sur son ami. Pour se faire pardonner, il a ajouté de la couleur à ses oeuvres. L’exposition les présente aux côtés de quelques 150 autres planches… A voir entre copains, « pour rigoler ».

Le Petit Nicolas, du 6 mars au 7 mai 2009, Hôtel de Ville, Salon d’accueil, 29 rue de Rivoli, Paris 4e, tous les jours sauf dimanche et fêtes, de 10h à 19h. Entrée libre.

Le Petit Nicolas. Le ballon et autres histoires inédites, Goscinny et Sempé, IMAV éditions, en librairie le 5 mars 2009.

petit_nicolas_1

 

Warhol fait son cinéma (à la Cinémathèque)
« Duetto5, Toute ma vie j’ai été une femme », un spectacle hilarant à la Maison de la Poésie
marie