Arts

Jacques Villeglé et Julien Berthier à la galerie G.-Philippe et Nathalie Vallois jusqu’au 4 décembre

15 novembre 2010 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Jusqu’au 4 décembre, à la galerie G.-Philippe et Nathalie Vallois sont exposées des œuvres des artistes Jacques Villeglé et Julien Berthier. Si Beaubourg a organisé une superbe exposition dédiée au « tailladeur» d’affiches en 2008, c’est la première fois que ces œuvres sont montrées en galerie.

Pour sa sixième exposition la galerie G.-Philippe et Nathalie Vallois consacre au cycle du Lacéré Anonyme, une plongée dans «La Peinture dans la non peinture». Si Mots (1999) et La Lettre Lacérée (2007) reflétaient la culture graphique et le goût de Villeglé pour l’écriture, si Images (2001) et Politiques (2005) nous faisaient traverser plus de cinquante ans d’histoire de la société française, Sans Lettre, sans Figure (2003) se montrait l’exposition la plus proche de la peinture abstraite au sens classique du terme. Pour autant, c’est avec la série des «affiches de peintres» que l’artiste Nouveau Réaliste règle véritablement ses comptes avec l’Histoire de l’Art.

Le parallèle avec Julien Berthier est évident, il s’agit de faire art d’un objet détourné. Ici le « Monstre » présenté dans la cour de la galerie est « un amas d’objets ménagers qu’on trouve ici ou là déposés pour être enlevés par les services de propreté. L’artiste part de la simple constatation que ces éléments en fin de vie habitent, dans une certaine mesure et dans leur temporalité, les rues au même titre qu’une statue équestre. Même s’il est certainement assez seul à voir les choses sous cet angle de prime abord, qui pourrait lui donner fondamentalement tort? Toujours est-il que sa proposition de recréer, en bronze patiné, l’un d’entre eux repéré dans une ruelle de Belleville, s’oppose à la configuration esthétique admise dans l’environnement urbain. « 

Galerie G.-Philippe & Nathalie Vallois, 36, rue de Seine 75006 Paris 6e, T. 33 1 46 34 61 07, Lundi-Samedi. 10h30-13h / 14h-19h, Métro Odéon

Voyage en Capitale…Louis Vuitton au Musée Carnavalet
Laurent Pelly met en scène des Funérailles d’Hiver fort drôles au Théâtre du Rond-Point
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *