Arts

Irène Némirovsky : de l’oubli au mythe au Mémorial de la Shoah

05 novembre 2010 | PAR Yaël Hirsch

JJusqu’au 8 mars 2011, le Mémorial de la Shoah revient à travers textes, manuscrits, photos rares et même un enregistrement vocal, sur le destin extraordinaire d’Irène Némirovsky. Auteure à succès dans les années 1930, cette juive d’origine russe a été déportée en 1942. Son œuvre aurait sombré dans l’oubli sans le succès phénoménal de « Suite Française », roman inachevé paru en France en 2004. Depuis, tous les écrits d’Irène Némirovsky semblent ressusciter. Avec beaucoup d’enthousiasme, Olivier Philipponnat, le commissaire de l’exposition, propose une traversée dans la vie tragique et l’œuvre riche d’Irène Némirovsky. Parfaitement menée et grandement pédagogique, comme d’habitude au Mémorial (voir notre article sur « Filmer les camps »), l’exposition rappelle également à ses visiteurs qu’en 1940, à l’heure même de l’offensive allemande, Némirovsky écrivait un énième livre caricaturant les avides juifs « orientaux » avec « Les chiens et les loups ». Pardonne-t-on au talent la « Haine de soi »?


« La misère conserve le juif comme la saumure le hareng ». David Golder.

« On ne pardonne pas son enfance. Une enfance malheureuse, c’est comme si votre âme était morte sans sépulture : elle gémit éternellement. » Journal.

« Elle ne serait plus à ses yeux cette mendiante, cette vagabonde, cette outcast, cette petite Juive de la ville basse. Elle parlait le français maintenant ; elle savait faire la révérence ; elle était « ‘comme les autres.' » Les Chiens et les loups.

 

D’origine russe, Irène Némirovsky a fait une carrière littéraire fulgurante dans la France de l’Entre-deux-guerres : le succès de son roman « David Golder » (1929) publié chez Grasset alors que la jeune-femme n’avait que 26 ans est suivi d’une série d’autres romans. Très populaires, ces derniers paraissent d’abord en feuilletons, volontiers dans des revues de droite ou d’extrême droite (jusqu’à Gringoire!). Toute sa vie, Irène Némirovsky n’a eu de cesse de renier ses origines dans des textes qui disent sa haine viscérale à l’égard de sa mère superficielle et la honte face à la fortune d’affaires réalisée par son père. Baptisée en 1939 avec son mari et ses deux filles, l’auteure se retire pendant la guerre en Saône-et-Loire, à Issy. Elle continue à vivoter des droits d’auteur que lui verse encore Albin Michel, tandis-que Grasset a coupé les vivres à celle qui est considérée depuis le 3 octobre 1940 comme une « juive étrangère ». Elle rédige à Issy son grand roman inachevé, « Suite Française ». Irène Némirovsky connaît un destin tragique : elle meurt du typhus à Auschwitz, le 19 août 1942. Son dernier manuscrit, lui, connaît sort extraordinaire : mis à l’abri par son mari avant qu’il ne soit lui-même déporté, il est redécouvert plus de 60 ans après la mort de son auteure et publié en 2004 par Denoël. Et c’est un grand succès de librairies. L’ellipse temporelle a transformé l’auteure en vogue des années 1930 en coqueluche internationale de l’édition des années 2000 (plus de 2 millions de ventes de la copie américaine chez Knopf )…

Imaginée après l’exposition qui a connu un succès phénoménal au Museum of Jewish Heritage de New-York, celle du Mémorial de Paris oscille entre précision d’archives et touchant enthousiasme. En son cœur, l’on trouve la fameuse valise de cuir où le manuscrit de « Suite Française » s’est conservé toutes ces années et mis à disposition par la fille de l’auteure, Denise Epstein. Le Mémorial permet de plonger de manière chronologique dans la vie brisée d’Irène Némirovsky : la première salle est celle de l’enfance exilée, mais dorée, entre Kiev, Biarritz, la Finlande et Paris. On y rejoue, textes à l’appui, la vocation littéraire, l’intégration par les lettres et le succès de la jeune-femme. Des photos peu connues, et des pages du journal de l’auteure sont probablement les pièces les plus précieuses de cette première partie : ceux et celles qui ont lu « Le bal » (1930) et les déclarations de haine de l’auteure à sa mère seront très émus de voir cette femme et la jeune Irène à 7 ans en vacances sur la côte basque. Les lecteurs du « Mirador », aimeront les clichés de l’auteure en jeune mère avec Élisabeth Gille et Denise Epstein. Dans le couloir qui mène à la deuxième salle est diffusé le seul enregistrement radiophonique conservé de l’auteure, sur son roman feuilleton « Deux »(1939). Une voix aigre, de vieille femme déjà, et touchante dans ses considérations sur le couple.

La deuxième partie expose un parcours qui à première vue pourrait sembler « classique » au Mémorial : la dépossession des droits, et la déportation. Mais, pour celui qui sait bien se pencher, elle accole dans ses deux pans tout le « paradoxe » Némirovsky :

– d’un côté on nous présente une juive devenue française qui ne supporte pas et surtout ne comprend pas vraiment pourquoi elle est déchue de ses droits. Elle tente de protester, en jouant le rôle du « parvenu » décrit brillamment par Bernard Lazare dans « Le fumier de Job » (écrit vers 1903). A la suite du premier statut des juifs, Némirovsky écrit par exemple au Maréchal Pétain (et la lettre fait étrangement penser à celle d’une juive souvent décriée pour sa « haine de soi », Simone Weil, au commissaire aux questions juives, Xavier Vallat) : « Je ne puis croire, Monsieur le Maréchal que l’on ne fasse aucune distinction entre les indésirables et les étrangers honorables. » (13 septembre 1940). Échouant dans cette tentative de parvenir à s’extraire de sa condition « de malheur », malgré les romans, et malgré le baptême, Irène Némirovsky tombe dans le rôle du paria. Mais un paria retiré en France profonde et qui se met à écrire des romans de terroir tels « Chaleur du sang » (publié en 2007 par Denoël).

– d’un autre côté, alors que la mort dans les camps est documentée comme il se doit, mais demeure très historique, factuelle et digne, la rédemption de « Suite Française » est surexposée à travers la valise de cuir et bien sûr le manuscrit hâtivement écrit (un seul manuscrit inachevé et d’une écriture bleue d’eau penchée, serrée et raturée, tandis qu’on a retrouvé pas moins de 4 versions de « David Golder »).

Alors qu’elle se présentait plutôt comme un panégyrique aux chemins tout tracés, l’exposition Irène Némirovsky au Mémorial permet subtilement de rouvrir le dossier. L’on en sort pensif, se demandant si vraiment « Suite Française » justifie la renommée internationale d’une écrivaine présentée comme une autre martyre juive sacrifiée par le 20e siècle. En un mot, la question de la haine de soi est enfin bien posée. Et avec elle, suit immédiatement celle de la qualité littéraire. Si l’on peut trouver dans « Suite Française » une sorte de version civile et littéraire de « L’étrange défaite » de Marc Bloch, aux qualités inattaquables, les romans qui précédent (tous régulièrement re-publiés depuis 2004) posent question : au-delà des thèmes aujourd’hui démodés, voire gênants, et donc du strict point de vue du style, les qualités de peinture sociale d’Irène Némirovsky caricaturant des juifs de l’Est parvenus sont elles réellement révolutionnaires? Ou s’ancrent-elles au contraire dans une tradition bien française, de droite populiste et très 19e siècle que l’auteure s’est appropriée avec brio?

« Irène Némirovsky, ‘Il me semble parfois que je suis une étrangère' », jusqu’au 8 mars 2011, Mémorial de la Shoah, tljs sauf samedi 10h-18h, 17, rue Geoffroy l’Asnier, Paris 4e, m° Saint-Paul ou Pont Marie, entrée libre.


P. Lienhardt, O. Philipponnat – La Vie d’Irène Némirovsky
envoyé par hachette-livre. – L’info internationale vidéo.


Pour aller plus loin :

GILLE, Elisabeth, Le mirador, Stock, 2004.
PHILIPPONNAT, Olivier, LIENHARDT, Patrick, La Vie d’Irène Némirovsky, Grasset, 2004.
WEISS, Jonathan, Irène Némirovsky, biographie, Le Félin, 2005.
Suite Française, Denoël, 2004.
Le maître des âmes, Denoël, 2005.
David Golder, Livre de poche, 2005.
Le Bal, Hachette, 2005.
Les chiens et les loups, Albin Michel, 1940.
Le vin de solitude, Albin Michel, 1935.

Valère Novarina brûle les planches de l’Odéon
Un concert bio et équitable sur la péniche Antipode, ce soir
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

2 thoughts on “Irène Némirovsky : de l’oubli au mythe au Mémorial de la Shoah”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *