Arts
Garouste songe à Faust chez Daniel Templon

Garouste songe à Faust chez Daniel Templon

08 septembre 2011 | PAR Bérénice Clerc

Gérard Garouste dérive à la galerie Templon pour livrer un ensemble d’œuvres inspirées par le célèbre Faust de Goethe. Ne ratez pas le vernissage de «Walpurgisnachtstraum » (Songe d‘une nuit de Walpurgis) le 8 septembre de 17h à 20h chez Daniel.

Trois ans après  » La Bourgogne, la famille et l’eau tiède », sa dernière exposition, le talentueux et passionnant Gérard Garouste suit toujours les traces du christianisme dans notre culture et explore en peinture la vie de Faust disputant son destin entre Diable et Dieu.
Quête de la connaissance, désir de jouissance, toucher la nature du mal, parier, signer un pacte avec les puissances maléfiques et alchimiques pour un accomplissement individuel. Huiles sur toiles, gouaches, bronzes interrogerons les grands thèmes de la tragédie.

Depuis les années 1980, Gérard Garouste s’intéresse aux écrits fondateurs de la culture occidentale.
Après La Divine Comédie de Dante, le Don Quichotte de Cervantès ou le Gargantua de Rabelais, depuis une dizaine d’années, il nourrit sa peinture et son geste de textes sacrés, notamment La Bible.
Avec Faust, Garouste renoue avec son goût pour la littérature et poursuit son questionnement, avant tout politique, sur le christianisme et le judaïsme.

La peinture baroque de Gérard Garouste, tour à tour inquiétante et joyeuse, se peuplera de variations sur les différents protagonistes – Faust, Méphistophélès, Marguerite, les sorcières –  et le bestiaire fantastique, singes et guenons, boucs émissaires, cochons destriers…

Comme dans ses expositions précédentes, le peintre emprunte le visage de proches pour incarner les différents personnages. De multiples autoportraits, en métamorphoses permanentes, Méphisto, Faust, peut-être un clin d’œil à sa récente autobiographie, L’Intranquille Autoportrait d’un fils, d’un peintre, d’un fou, à lire d’urgence si ce n’est déjà fait. L’artiste y dévoilait ses conflits avec un père antisémite et sa lutte contre la folie…
On retrouve dans “Walpurgisnachtstraum” son grand thème du « Classique et de l’Indien », la maîtrise par l’artiste des règles de la peinture classique se laisse mouvoir grâce à une totale liberté picturale, la folie et les intuitions de “l’Indien”.

L’exposition offrira une place de choix à la pratique sculpturale de Gérard Garouste, il avait délaissé le chemin des ateliers de fonderie depuis les années 1990.
En 2010, la commande monumentale qu’il réalise pour la rénovation de l’hôtel particulier du 23 rue de l’Université a redonné à l’artiste le désir de sculpter, il se concrétise aujourd’hui dans des sculptures en bronze inédites, entre abstraction et figuration.
« Plus j’applique une forme simple, basique, comme quelqu’un qui saurait jouer du violon, plus je vais pouvoir commencer à inventer de la musique ».

Un catalogue de 64 pages sera publié à l’occasion de l’exposition à la Galerie Templon, avec des textes de Bernard Blistène, directeur du Département du développement culturel du Centre Pompidou, Henri Berestycki, mathématicien, et Aurélie Barnier, historienne de l’art et critique.

Infos pratiques

Une heure avec Eric-Emmanuel Schmitt
PPDA condamné par la justice
Bérénice Clerc
Comédienne, cantatrice et auteure des « Recettes Beauté » (YB ÉDITIONS), spécialisée en art contemporain, chanson française et musique classique.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *