Galerie
Punk Cabinet de curiosités : Made in Raymond Pettibon 1978 – 1986 à la Galerie Michèle Didier

Punk Cabinet de curiosités : Made in Raymond Pettibon 1978 – 1986 à la Galerie Michèle Didier

07 novembre 2013 | PAR Hugo Saadi

[rating=4]

Vous êtes fan de musique punk et de graphisme version US ? Le « Punk Cabinet de curiosités – Made in Raymond Pettibon » à la galerie Michèle Didier vous comblera par son originalité et la diversité des œuvres présentées : posters, flyers, skates, T-shirts imprimés et pochettes de disques signées.

Mais qui est ce Raymond Pettibon ? Né en 1957 Raymond Ginn (nom de naissance) débute une carrière de professeur de mathématiques qu’il arrêtera rapidement pour se consacrer au dessin des pochettes d’albums produits par SST Records, le label fondé par son frère, Greg Ginn. Ce dernier est également le fondateur du premier groupe de punk hardcore « Black Flag ». L’artiste va alors choisir le surnom que lui donnait son père quand il était plus jeune : ‘Pettibon’ remplace alors son nom de famille Ginn. Raymond Pettibon va puiser dans la culture punk-rock californienne de la fin des années 1970-1980 pour illustrer les pochettes d’albums, les flyers ou bien encore les planches de skateboards. En se basant sur l’esthétique punk du « do-it-yourself », Pettibon va user de son coup de crayon pour embrasser un large éventail de la culture américaine et mélanger les sujets que sont le sport, la religion, la politique et la sexualité.

Cette exposition présente donc de nombreuses œuvres graphiques produites pour le groupe « Black Flag » de 1978 à 1986. On retrouve souvent sur les pochettes d’album une violence et une sexualité poussée à l’extrême : meurtres, suicides, démembrements, croix gammées. Pettibon admet que ses dessins sont violents mais le spectateur lui pardonnera ces excès par l’omniprésence de l’humour dans les dessins. Une belle collection du travail pétillant et provocateur de Pettibon à découvrir que l’on soit familier ou non avec le mouvement punk !

L’exposition présentée à la galerie mfr-michèle didier se déroule jusqu’au samedi 16 novembre 2013, du mardi au samedi de 12h à 19h. Plus d’informations sur le site de la galerie.

Visuels © Hugo Saadi

Infos pratiques

The Old Woman : la magie de Robert Wilson et des sacrés numéros d’acteurs
[Chronique] « As Planta Que Curam » de Boogarins : pop psyché et thérapeutique
Hugo Saadi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *