Galerie
Pierre de Vallombreuse : une belle escorte de Souveraines à la galerie Argentic à Paris

Pierre de Vallombreuse : une belle escorte de Souveraines à la galerie Argentic à Paris

19 octobre 2015 | PAR Christophe Dard

Jusqu’au 21 novembre 2015, la galerie parisienne nous suggère de regarder le monde différemment avec l’exposition Souveraines, une quarantaine de photographies en noir et blanc signées Pierre de Vallombreuse. L’exposition est conjointe à la parution de l’ouvrage éponyme aux Éditions Arthaud (Flammarion).

 

Enfants Badjao. Borneo, mer des célèbes- Courtesy Galerie Argentic © Pierre de Vallombreuse
Enfants Badjao. Borneo, mer de Célèbes- Courtesy Galerie Argentic © Pierre de Vallombreuse

 

Honorer la photographie humaniste… Le souhait de la galerie Argentic se réalise une nouvelle fois avec la saisissante exposition de Pierre de Vallombreuse, sans doute l’un des plus grands photographes contemporains sur les peuples autochtones, et auteur d’une série de clichés en noir et blanc, Souveraines. Présentées jusqu’au 21 novembre 2015, ces photographies sont le fruit des voyages de Vallombreuse en Asie du Sud-est et le témoignage de rencontres exceptionnelles avec quatre peuples extraordinaires.

 

Jouer à dormir. Plawan- Courtesy Galerie Argentic © Pierre de Vallombreuse
Jouer à dormir. Palawan- Courtesy Galerie Argentic © Pierre de Vallombreuse

 

De prime abord, on y voit des générations de femmes, de l’enfance à l’âge adulte, adresser à nos regards un faire-part de mariage, celui de la simplicité et de la tolérance. En effet, ces souveraines travaillent dès leur plus jeune âge dans les rizières ou embarquent sur de simples embarcations pour que la pêche daigne leur fournir du poisson. Mais tout cela se fait dans le respect des ressources naturelles. La nature n’est jamais agressée. Les enfants jouent dans les forêts et en grandissant les êtres s’adaptent et considèrent leur environnement comme une alcôve où l’on se glisse discrètement. Dans des paysages magnifiques où l’horizon brumeux rendrait jaloux le plus imaginaire des rêves, ces souveraines ont conscience de la force invétérée de la nature.

 

Badjao, mer de Sulu- Courtesy Galerie Argentic © Pierre de Vallombreuse
Badjao, mer de Sulu- Courtesy Galerie Argentic © Pierre de Vallombreuse

 

Mais la vocation humanitaire de ces images bouleversantes est encore plus profonde. Les photographies de Vallombreuse posent en effet un diadème de bonté et de tendresse sur ces lignées de femmes plus sensibles et bienveillantes que nos civilisations occidentales convaincues d’avoir façonné un monde juste et parfait. Car dans ces sociétés dites reculées et à l’écart du tourbillon de la mondialisation, la tradition veut que ces fillettes, femmes, mères et grands-mères occupent une place primordiale. Elles sont respectées et n’ont pas à batailler pour obtenir la dignité qu’elles méritent.
Chez les Khasi (en Inde), les enfants reçoivent à la naissance le nom de leur mère et la plus jeune des filles de la fratrie hérite de l’ensemble des terres et des biens familiaux.
Dans la tribu des Palawan, aux Philippines, les hommes et les femmes vivent en parfaite égalité.
Au sud-ouest de la Chine, les Moso confient l’éducation des enfants aux oncles maternels tandis que les Badjao de Malaisie laissent également la part belle à la gente féminine.

 

Jeune femme Palawan- Courtesy Galerie Argentic © Pierre de Vallombreuse
Jeune femme Palawan- Courtesy Galerie Argentic © Pierre de Vallombreuse

 

Malgré leurs difficultés matérielles quotidiennes, il serait bon que nos cultures prétendues modernes et avancées s’agenouillent pour rendre à ces bonnes âmes l’humanité qui leur appartient. Après tout ce sont des souveraines…

Christophe Dard.

 

INFORMATIONS PRATIQUES :
Souveraines Pierre de Vallombreuse
Jusqu’au 21 novembre 2015
Galerie Argentic
43 rue Daubenton 75005 Paris
Ouverte du mardi au samedi de 15h à 19h
www.argentic.fr

A LIRE :
Souveraines, un ouvrage de 192 pages paru aux Editions Arthaud (Flammarion) et dédié aux femmes de ces peuples d’Asie du Sud-Est.
Les photographies de Pierre de Vallombreuse y sont accompagnées de textes de Tristan Savin, rédacteur en chef de la revue Long Cours, critique littéraire à Lire et L’Express et reporter pour GÉO.

 

6 activités culturelles à faire avec vos enfants pour les vacances de la Toussaint
[Critique] « Animal » au TAPS Scala
Christophe Dard
Diplômé d'un Master d'histoire contemporaine et d'une école de radio, Christophe est journaliste, passé notamment par Europe 1. Il travaille depuis 2013 pour Toute la Culture. Compte Instagram : https://www.instagram.com/christophe_dard/?hl=fr

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *