Galerie
Papiers noirs, exposition de Lionel Sabatté à la galerie C, Paris

Papiers noirs, exposition de Lionel Sabatté à la galerie C, Paris

26 février 2021 | PAR Pauline Lisowski

Jusqu’au 6 mars 2021, à la galerie C, à Paris, les oeuvres organiques de Lionel Sabatté sont un hymne aux origines de la vie.

Les animaux, les créatures fantomatiques et parfois embryonnaires surgissent dans les dessins, les peintures et sculptures de Lionel Sabatté. Ses œuvres réalisées avec des matières organiques incarnent des tentatives d’existence, de résistance, témoignent de l’apparition de la vie sur terre et de l’usure du temps. L’artiste utilise des techniques expérimentales pour laisser surgir des formes primaires, animales, des plantes et rendre ainsi visible le cycle des êtres vivants, entre naissance et développement.
Ses dessins présentent des animaux plus ou moins évolués, oiseaux, hiboux, éléphants, des bêtes anciennes, des figures en suspens, en train de n’être ou évanescents. Il poursuit son intérêt pour la question du temps et du vivant dans un ensemble de dessins sur papiers, en hommage à Pierrette Bloch. Ce papier que l’artiste utilisait habituellement pour ses collages fut pour lui un support précieux dont la quantité de feuilles détermina le nombre d’œuvres de deux séries intitulées Quelque part entre poussin et œuf au plat et Éclosion, actuellement exposées à la galerie C. Un dessin au pastel gras de Pierrette Bloch est également présenté, tel un indice de ce projet. Les ronds dessinés introduisent les formes animales de Lionel Sabatté.

Chaque dessin relève d’une expérience lors de laquelle il se mettait à l’épreuve en étant conscient du don reçu. Ce papier noir témoin de la démarche d’une grande artiste l’a amené à une attention d’autant plus profonde à ce qui apparaissait sur son support.
Avec le médium acrylique, le curcuma, la poussière, l’artiste-plasticien a fait naître des formes organiques, des créatures intermédiaires. Ces matériaux et médiums portent en eux des traces du passé. Une vie est contenue dans ses dessins d’une grande richesse de matières. Au fur et à mesure de son appropriation de ce support qui a subi le temps, ces figures deviennent plus fantomatiques. Les dessins de sa première série dévoilent des figures animales, à la fois merveilleuses et spectrales. Dans la seconde, des corps semblent ressortir et donner naissance à de possibles sculptures. En prenant le temps de les contempler, on pourrait percevoir l’évolution d’une espèce, des métamorphoses, des étapes de transformation de corps. Des impacts du temps se découvre également sur ce support d’un noir intense et velouté.
Ainsi, cette série de dessins, résultat d’expérimentations d’un mélange d’éléments, rendent visibles des formes de corps d’animaux, nous invitant à contempler la création de la vie.

visuels : Lionel Sabatté & Pierrette Bloch, Papiers noirs, vues d’exposition, Galerie C – Paris, 2021, photographies : Aurélien Mole

« Jane, un meurtre » de Maggie Nelson: une enquête poétique sur un féminicide
L’agenda du weekend du 27 février
Pauline Lisowski

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture