Galerie
Nouveaux rebondissements, exposition de Philippe Richard

Nouveaux rebondissements, exposition de Philippe Richard

12 mai 2021 | PAR Pauline Lisowski

Chez Philippe Richard, le processus de travail est aussi important que le résultat visible sur la toile. Sa peinture « non narrative », selon ses termes, présente des contrastes de couleurs et des superpositions de gestes, de tracés, composant un ensemble de stratifications visibles. Ses œuvres incarnent un dialogue entre les formes sur le temps long. Si la géométrie semble guider sa peinture, sa malice et son goût pour le jeu l’amènent à rechercher l’imprécision.

À l’occasion de son exposition personnelle à la galerie Bernard Jordan, l’artiste présente un ensemble de peintures de différents formats, qu’il a retravaillé après les avoir revu dans son atelier. Son nouveau regard sur ses œuvres l’a incité à les redécouvrir et à les terminer en y ajoutant une nouvelle couche, comme s’il lui fallait repenser ses peintures après des années. Recommencer, reprendre, avancer en se laissant surprendre, telles sont les actions au cœur de sa démarche de peintre. D’un geste quasi instinctif, il fait apparaître un vocabulaire de formes simples, un réseau de lignes, des trames et des points de divers tailles.

Chaque peinture pour Philippe Richard résulte d’un long dialogue avec son support. Il affirme « la nécessité de trouver une solution » à son tableau. Maîtrisant son approche de la peinture, ses œuvres apparaissent de loin construites et élaborées suite à une composition au préalable. S’approchant, elles nous semblent mal peintes et pourtant elles sont les fruits d’une longue maturation, de prises de recul et de rebondissements. Nous sommes invités à trouver la bonne distance pour voir ses œuvres. L’artiste laisse des indices, ne recouvrant pas toute la toile afin que nous puissions percevoir les différentes étapes de travail.
Des formes circulent dans ses œuvres picturales, entre équilibre et déséquilibre. Ses peintures incarnent la mémoire des différents temps de réalisation et des diverses émotions face à la toile. Elles expriment un mouvement, des écarts de trajectoires entre les signes et les aplats colorés.

Galerie Bernard Jordan, Paris. Jusqu’au 29 mai 2021

visuels  (c) Courtesy Galerie Bernard Jordan 
Philippe-Richard-2020-Sans-titre-2-acrylique-sur-toile-200x180cm
Philippe-Richard-2020-Sans-titre-18-acrylique-sur-toile-200x160cm.
Philippe-Richard-sans-titre3-2019-acrylique-sur-toile-35x27cm

Le parrain et Président du jury de l’édition 2021 de l’aide à la création de la Fondation Gan pour le Cinéma est David Oelhoffen
Quatre jeunes parcours artistiques à découvrir en une exposition au FRAC de Dunkerque
Pauline Lisowski

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture