Galerie
Mehrdad Shoghi : la calligraphie romantique de passage à Paris

Mehrdad Shoghi : la calligraphie romantique de passage à Paris

15 octobre 2013 | PAR Christophe Dard





La galerie Nicolas Flamel, dans le centre de Paris, propose jusqu’à dimanche une exposition autour de l’œuvre de Mehrdad Shoghi, un artiste iranien à la notoriété grandissante.

C’est en plein Paris, au cœur du quartier branché du Marais et à deux pas du centre Beaubourg que se trouve la galerie Nicolas Flamel. Pour la petite histoire et pour briller dans vos soirées, Nicolas Flamel était un alchimiste du XIV siècle et cette galerie est installée depuis 5 ans à l’endroit même où ce riche bourgeois a travaillé.
Mais bien qu’héritière de ce riche passé moyenâgeux, la galerie Nicolas Flamel explore une toute autre culture, l’art iranien, un art riche bien que peu connu en France. Et Mehrdad Shoghi est le témoin de cette effervescence artistique iranienne.

A la source de cette calligraphie, la poésie et l’amour
Lorsque vous pénétrez dans la galerie, vous êtes d’abord frappé par la beauté de la calligraphie mêlée à une riche palette chromatique. Mais quelle est la signification de ces œuvres où la belle écriture s’enlace avec les couleurs? Elles parlent d’amour. Mehrdad Shoghi travaille à partir de poèmes romantiques de plusieurs auteurs, ceux de Rumi, le dieu de la poésie persane et que l’on peut qualifier de « Baudelaire iranien » mais aussi de poètes plus contemporains. En Iran, on apprend la poésie à l’école comme nous apprenons en France nos Fables de La Fontaine.
Vous aurez parfois l’impression, sur certaines œuvres, de regarder la partition d’un musicien. Cette musicalité n’a rien de surprenante car en plus de ses études d’art et de graphisme (chez des maîtres de la calligraphie), Mehrdad Shoghi est également musicien.

Une cote qui ne cesse de grimper
L’artiste a beau être présent durant la période de l’exposition (sa première à Paris), disponible et souriant, Mehrdad Shoghi n’a rien d’un inconnu alors qu’il n’a que 40 ans. Cela fait 25 ans qu’il dessine et il expose depuis 2000. Ses œuvres ont même eu le privilège de faire leur entrée au British Museum à Londres et au musée moderne de Téhéran. D’ailleurs, en 3 jours d’exposition à la galerie, 16 œuvres ont été achetées et lors de la visite de l’exposition, de nombreux acheteurs potentiels étaient présents, accueillis par une équipe souriante, passionnée, spécialiste de l’art iranien et qui n’hésitera pas à répondre à vos questions. Ca change de la froideur arrogante et méprisante de nombreux galeristes parisiens…

Infos pratiques

Festival Jazz’N’Klezmer
ABC Théâtre
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

One thought on “Mehrdad Shoghi : la calligraphie romantique de passage à Paris”

Commentaire(s)

  • Behrouz

    Dear Mehrdad,
    It was very pleasant to meet you and I appreciated your lovely works.
    Behrouz.

    octobre 17, 2013 at 11 h 54 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *