Galerie
[Londres] Un petit tour par la Frieze et le PAD

[Londres] Un petit tour par la Frieze et le PAD

18 octobre 2014 | PAR Yaël Hirsch

Une semaine avant que la FIAC ne fasse vibrer Paris au rythme de l’art contemporain, Londres entre elle aussi dans le tempo de la création et du marché de l’art. Cette semaine la capitale anglaise bouillonne d’œuvres et de beaux objets avec deux foires d’art : la Frieze et la Frieze masters ainsi qu’avec le Pavillon des Arts et du Design. Live-report. 

C’est au Nord de Londres, dans le très chic Regent’s Park, que fréquentait déjà le cercle de Bloomsbury que la 12ème édition de la Frieze a lieu, du 15 au 18 octobre 2014. Nichée dans un grand pavillon blanc au cœur du parc et abritant 162 galeries venues de 62 pays, la Frieze est un événement majeur dans le monde de l’art, qui met en exergue des plasticiens contemporains et les présente aux collectionneurs, ainsi qu’au grand public. Toujours à Regent’s park, la Frieze s’est enrichie d’une édition « masters » qui regroupe 120 des plus grandes galeries du monde, présentant souvent des pièces de musées. Entre les deux foires, l’on déambule un magnifique jardin de sculptures où l’on peut admirer des œuvres entre autres de Jaume Plensa, George Condo, Martin Creed, Marie Lund et Thomas Schütte…

Commençant par la Frieze masters nous avons été bluffés par la diversité des « maîtres » présentés : alors que chez Malborough, c’est un festin de Francis Bacon comme nous en avons rarement vu,On trouve des œuvres de Tapiès chez Timothy Taylor, un van Dongen très Belle époque chez Dickinson, un magnifique Picasso chez Van de Weghe, mais aussi de l’art gothique chez Brimo de Loroussilhe, des Cranach l’ancien à acheter (!), des photos érotiques de Horst P. Horst chez Bernheimer et de l’art amérindien… .Les prix montent jusqu’à plusieurs millions de dollars, mais le coup d’oeil est vraiment de maître!

Quand nous arrivons du côté de la Frieze, un peu avant 18h, Alexander McQueen vient d’y tenir un événement. c’est la veille de l’ouverture et la foule se presse au vestiaire. dedans, les looks sont plus excentriques qu’à Paris et les coiffures folles l’emportent sur les incontournables chaussures Louboutin. Si les prix démarrent aussi très fort (plusieurs milliers d’euros tout de même) et que de très grandes galeries sont à la Frieze « normale » (Marian Goodman, Daniel Templon …), le résultat est plus hétéroclite et l’on peut même dire que dans l’ensemble, ce que nous voyons nous séduit bien moins que la FIAC. Reste l’ambiance, électrique, et quelques découvertes et projets de performances « live » (dont Franz Erhard Walther chez Jocelyn Wolff).

Toujours au cœur de Londres, un tout petit peu plus au sud et au centre, la version britannique du Pavillon des Arts et du design insère son élégante tenture noire à Berkley square. Avec beaucoup de raffinement, les organisateurs ont respecté les arbres du parc, qui sont insérés dans le grand pavillon et décorent les stands des galeries. A l’intérieur, c’est un enchantement, encore plus peut-être qu’aux Tuileries. Dès l’entrée la galerie Kreo, d’origine parisienne, mais qui vient d’ouvrir une aile à Londres propose des meubles design aussi bien déjà « classiques » que des éditions plus contemporaines. A l’intérieur quelques grandes toiles du 20ème siècle (Dubuffet, Picasso), beaucoup de design (avec par exemple, une histoire des chaises griffées du 20ème siècle chez Pascal Cuisinier), des bijoux, et parfois des pièces entières . Notre coup de coeur de ce salon aussi chic que magnifique? Le britannique Paul Cocksedge chez Friedman Benda, qui a d’ailleurs raflé le prix PAD du meilleur designer contemporain avec ses tables roulées en acier.

Londres est définitivement la capitale de l’art contemporain et du Design ce week-end, avant que Paris ne prenne la relève à partir de jeudi.

visuels : affiche officielles + (c) yael hirsch

Infos pratiques

Playlist de la semaine (87)
[Critique] « Le Labyrinthe » Episode d’introduction reprenant sans génie la recette Hunger Games
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture