Galerie
Les vernissages de la semaine du 18 septembre

Les vernissages de la semaine du 18 septembre

18 septembre 2014 | PAR Megane Mahieu

Cette semaine dans les galeries, l’éclectisme est le maître mot. De l’artwork rock’n’roll à la fine fleur de l’art vidéo contemporain, voici notre sélection.

Françoise Schein à la Galerie 5 Contemporary

Artiste polymorphe, du dessin à la sculpture en passant par l’architecture et l’urbanisme, Françoise Schein est réputée pour ses stations de métro sur le thème des Droits de l’Homme.
Françoise Schein est une citoyenne du monde : de Paris à Bruxelles, de Ramallah à Sao Paulo, son œuvre traduit une envie de dépasser les frontières au profit de l’union entre les peuples et les idées. Après une rétrospective de plusieurs mois au musée Civa à Bruxelles, cette exposition parisienne met en avant son lien ténu avec Paris, la ville d’adoption de son métro Concorde à la genèse de son projet humaniste, et Rio de Janeiro ville d’adoption de sa fille.

TeenageMenopause Records au Salon

Rattrapage : depuis hier, au Salon (92 rue Jean-Pierre Timbaud), le label très rock TeenageMenopause pourtant loin d’être du genre subtile présente ici « la fine fleur de l’illustration belge ». Artworks brutes et colorés, sept artistes exposent ce qui fait l’identité visuelle du label. Live, Dj Set et même séances de tatouage sont à prévoir. Plus d’informations.

Jean Dupuy – « Léon Musicien » à la Galerie Loevenbruck

Dans les années 60, les œuvres de ce peintre de l’abstraction lyrique côtoient celles d’Yves Klein ou Henri Michaux dans les galeries. Célébré depuis ces année-là, de New York à Paris, Jean Dupuy n’a eu cesse d’œuvrer. L’artiste travaille sa peinture comme une partition musicale, n’hésitant pas aussi à combiner sons et objets dans des installations. Comme l’écrit Arnaud Labelle-Rojoux, il y a quelque chose de l’ordre de la « musique intime » chez Dupuy, « comme si la liberté du geste anticipait l’idée d’events sonores. Pas besoin d’écouteurs : à chacun son œil et son oreille ! ».

Du 19 septembre au 18 octobre.

Laure Prouvost – « This is the visit » à la Galerie Nathalie Obadia

Cette jeune vidéaste française installée à Londres, lauréate du prestigieux prix Turner en 2013, investit la galerie Nathalia Obadia pour nous plonger dans une mémoire familiale factice. Une expérience immersive : tapisseries retravaillées, sculptures et vidéos. C’est un véritable petite musée que créée Laure Prouvost, un musée espiègle ou l’histoire de l’art se mêle au goût de la fiction pour celle qui dit avec espièglerie être « une grande menteuse ».

Du 18 septembre au 31 octobre.

Visuels : ©Jacqueline Trichard, ©capture d’écran, ©Galerie Loevenbruck, ©capture d’écran

« Les Borgia et leur temps. De Léonard de Vinci à Michel-Ange », au musée Maillol
Les infinis de Jacques Perconte au Collège des Bernadins
Megane Mahieu

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture