Galerie

Les vernissages de la semaine du 13 mars

Les vernissages de la semaine du 13 mars

13 mars 2013 | PAR Camille Hispard

Une nouvelle semaine de vernissages qui s’annonce passionnante : des graffs de rue de Psychoze aux corps abîmés d’Antoine d’Agata, une jolie palette d’expositions à découvrir !

Des corps qui crient, qui se meuvent simplement dans ce qu’ils ont de plus crus et de plus purs aussi. Des visages puissants qui semblent gueuler leur solitude à la délicatesse de paysages errants : l’univers de François Ferrier impressionne par sa lucidité. Des œuvres que l’on peut admirer à la Librairie Galerie Autrement. Routes, de François Ferrier, à la Librairie Galerie Autrement, 77 rue du Faubourg St Antoine 75011-Paris, M° Ledru-Rollin. Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 13h et de 14h à 18h . Du 12 mars au 10 avril 2013. Vernissage le jeudi 12 mars à 18h30.

Continuons ce tour d’horizon en nous plongeant dans l’univers tourmenté d’un photographe français au talent singulier. « Antoine D’Agata est déjà une légende vivante. L’installation présentée au BAL n’obéit pas aux canons de la rétrospective classique, et tente de donner une nouvelle dimension au travail. Pour y répondre, la galerie des filles du calvaire a choisi de montrer des images iconiques de l’artiste comme elles n’ont jamais encore été présentées. Des tirages en grand format vont ainsi habiter, hanter la galerie au printemps 2013. En écho à la présentation « all over » du BAL, le principe scénographique retenu par Antoine d’Agata posera les images une à une dans l’espace et mettra en évidence leur importance et leur sidérante splendeur. » Des œuvres d’une beauté violente et sourde qui subliment les chairs tortueuses de l’homme. NÓIA, d’Antoine d’Agata, à la Galerie des Filles du Calvaire, 17 rue des Filles-du-Calvaire, 75003-Paris, M° Filles du calvaire. Ouvert du mardi au samedi de 11h à 18h30. Du 15 mars au 27 avril 2013. Vernissage le jeudi 14 mars de 18h à 21h.

La Galerie Gabriel & Gabriel accueille ce mois ci un artiste qui, de ses lignes picturales, fait émaner le chaos d’une société noircie mais bien vivante : « Gwenaël Salaün peint des lignes, empreintes de sociétés, il dresse le constat d’une réalité d’aujourd’hui. Il peint, dit-il, “l’enregistrement de notre environnement. J’échantillonne à travers les différents médias ma sélection d’images, les résidus, les reliquats de notre culture, pour constituer mon fond et réaliser un montage directement sur la toile”. Extended de Gwenaël Salaün, à la Galerie Gabriel & Gabriel, 68 rue du Vertbois, 75003 Paris, M° Arts et Métiers. Ouvert du mardi au samedi de 11h à 19h. Du 14 au 23 mars 2013. Vernissage le jeudi 14 mars à partir de 18h.

Catherine Théry ouvre le bal de son expo Débrisexcentriques demain à la Galerie Teodora. Des œuvres hautes en couleur qui éveillent merveilleusement les sens : « Ses créations, qui mêlent lumières subtiles et audacieuses couleurs, sont ensuite retravaillées à la manière d’œuvres picturales dans lesquelles l’œil se perd, ne sachant plus très bien où se trouve le photographe et où se cache le peintre. » Débrisexcentriques de Catherine Théry à la Galerie Téodora, 25 rue de Penthièvre – 75008 Paris. Ouvert du mardi au samedi de 11h à 19h. M° Miromesnil. Du 14 mars au 9 avril 2013. Vernissage le 14 mars à 18h.

Depuis six mois, les jeunes peintres figuratifs Lou Ros et Pascal Vilcollet partagent un atelier en banlieue parisienne. L’espace, denrée rare en zone francilienne, leur a servi de prétexte à l’exploration du grand format. L’exposition que Boum! Bang! présente à la galerie Le Chapon Rouge rend compte de l’alchimie née de ce partage d’énergies créatives. Le sujet: deux grands formats inédits, un pour chacun des peintres, se font face et dialoguent. L’objet: snapshot d’un instant dans leurs carrières respective .En partenariat avec Dyovino. Le Chapon Rouge, 60 rue chapon, 75003 Paris. Vernissage le 14 mars 2013 de 18h à 21h.

On retrouve cette semaine à la Galerie Yvon Lambert, Karl Haendel, dessinateur américain engagé. « Les dessins minutieux traités au graphite de Karl Haendel frappent d’abord par leur virtuosité technique et leur rendu réaliste qui est le fruit d’un long travail en atelier. Par un jeu d’agrandissement à l’échelle monumentale, il donne également à ses dessins une dimension dramatique créant une mise à distance du spectateur. Il appréhende ainsi “les différentes tailles de ces images en relation avec celle, statique, du corps humain. La notion d’échelle implique une taille standard pour chaque chose. Modifier l’échelle permet d’en prendre conscience”. The Competition Myth de Karl Haendel, à la Galerie Yvon Lambert, 108 rue Vieille-du-Temple, 75003- Paris, M° Filles du Calvaire. Ouvert du mardi au samedi de 10h à 19h. Du 15 mars au 20 avril 2013. Vernissage le vendredi 15 mars.

Les Douches de la Galerie mettent à l’honneur le photographe Sébastien Camboulive qui a concentré ses recherches sur le Visage. Des portraits intrigants qui nous renvoient au reflet profond de l’homme. « À travers une déconstruction des procédures photographiques, Sébastien Camboulive contraint le spectateur à s’interroger sur sa propre relation au réel. » Miroir de l’âme à contempler sans modération. Visages de Sébastien Cambouline, aux Douches de la Galerie, 5 rue Legouvé, 75010-Paris. Du mercredi au samedi de 14H À 19H. Du 16 azu 4 mai 2013. Vernissage le vendredi 15 mars à partir de 18h.

La Galerie Dukan accueille pour sa première exposition personnelle en France l’artiste d’art contemporain mexicain Arturo Hernández Alcázar. « Present is a burning building regroupe une série d’œuvres diverses (résultats partiels) qui composent une équation incertaine et déséquilibrée, développée au cours de promenades, dérives, échanges, observations le long des creux et des fissures d’un système qui s’effondre. Comme une séquence dérivée de rencontres et de réflexions, les œuvres de Hernández-Alcázar sont composées avec des restes et des fragments recueillis et assemblés au cours de ces dérives apparemment sans but, articulées avec des contextes spécifiques: une sorte d’interférence introduite dans une onde spécifique. A partir des faits divers, comme la dernière apparition de l’ Armée Zapatiste de Libération Nationale (EZLN) au Mexique du Sud-Est, jusqu’aux expériences personnelles, comme vivre des années face à  un bâtiment vide, à l’exploration de constructions abandonnées ou suspendues à Madrid, Hernández-Alcázar cherche une résonance directe dans le cadre social à travers une approche silencieuse mais constante à la catastrophe. » Present is a burning building d’Arturo Hernández Alcázar, à la Galerie Diukan, 24 rue Pastourelle 75003 Paris, M°Arts et Métiers. Ouvert du mardi au samedi de 13h à 19h. Du 19 mars au 1er Juin 2013. Vernissage le samedi 16 mars à 14h.

Nicolas Vial, tantôt peintre poétique, tantôt dessinateur satirique mais toujours onirique pour Le Monde, expose ses œuvres à la Galerie W. « M.Vial cherche le supplément d’âme qui se manifeste dans tout visage, si on a la chance de le percevoir. Et de le capturer. […] D’image en image, toutes les couleurs des émotions et tous les états y passent. Comme un canevas sur lequel construire tout un imaginaire. Ces visages deviennent des miroirs qu’il nous tend, on ne s’y reflète pas, on y projette nos sentiments. » 140 pièces de fusain, d’encre, de gouache, ou de feutre à découvrir avec délice ! Nicolas Vial à la Galerie W Matignon, 35 avenue Matignon, 75 008-Paris, M° Blanche. Ouvert du lundi au samedi de 11h00 à 19h00. Du 20 mars au 1er mai 2013. Vernissage le mardi 19 mars à partir de 18h30.

Spécialisée dans le street art, la Galerie Ligne 13 met en lumière Psychoze No Limit, un des précurseurs du graffiti en France puisqu’il commence à taguer son blaze sur les murs parisiens dans les années 80. Des fresques murales gigantesques aux graffs stylisés sur toile, cet artiste urbain nous offre pour cette expo, ses Petits Papiers. « Du papier d’Arches au kraft en passant par la nappe de restaurant, pour cette exposition, Psyckoze a réuni des « petits papiers », glanés au rythme de ses voyages, de ses rencontres et de ses inspirations. » Selon ses mots, «  Le dessin, c’est la rencontre des papiers qui s’envolent et des écrits qui restent. » Laissez passer les p’tits papiers ! Les petits papiers de Psychoze, à la Galerie Ligne 13, 13 rue de la Condamine, 75 017-Paris, M° La Fourche. Ouvert du mercredi au samedi de 14h30 à 19h30. Du 19 mars au 25 avril 2013. Vernissage le mardi 19 mars à 18h.



 Visuels : sites des galeries

 

Le salon du Dessin Contemporain revient pour une 7ème édition
Karl Lagarfeld ouvre son concept store à Saint-Germain
Camille Hispard

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *