Galerie

Le bestiaire de Nicolas Marang anime la Pijama Galerie

Le bestiaire de Nicolas Marang anime la Pijama Galerie

26 février 2016 | PAR Yaël Hirsch

Ce jeudi 25 février 2016, la rue du Pont aux choux s’est animée toute la soirée. Jusqu’au 10 avril 2016, Nicolas Marang expose à la Pijama galerie un bestiaire à la fois brut et éthéré.

Sculptés à partir de matières premières trouvées pleines de sens comme le fil de lin, de cuir, la noix de Vénétie, la pierre … ou encore pleines de sang comme les os d’un bambi-colibri ou une patte d’animal, les oiseaux rares de la volière urbaine de Nicolas Marang sont à la fois légers et authentiques. Chaque pièce a une histoire, rapiécée au fil de fer, volontiers venu de cintres de couturiers.

Souvent articulés autour d’une béance ou d’une ouverture qui leur permet de « respirer », les animaux (ou les humains) de ce bestiaire en 3D se pendent aux murs et au plafond en miroir de la Pijama Galerie et changent de symbolique et d’aspect en fonction de la manière dont les observateurs tournent autour d’eux. Un univers à la fois minutieux et ancestral qui permet de recycler la matière qui nous entoure en supplément d’âme.

visuels : YH.

Infos pratiques

[Critique] « Je ne suis pas un salaud » Nicolas Duvauchelle, troublant de mal-être et de rage
CÉSAR 2016 : Fatima de Philippe Faucon sacré Meilleur film
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *