Expos

Voltaire, le grain de sable dans la mécanique d’un quartier

Voltaire, le grain de sable dans la mécanique d’un quartier

10 octobre 2019 | PAR Laetitia Larralde

La jeune scène artistique française s’installe dans un nouveau lieu parisien avec une vision engagée de l’art, de son quartier et de l’avenir.

Le 7 octobre dernier a ouvert le nouveau lieu du Fonds de dotation Emerige, appelé Voltaire, en lien avec son adresse du onzième arrondissement de Paris. Comme les cinq années précédentes, l’installation est temporaire : dans un an cette ancienne fabrique textile sera réhabilitée. Les lieux sont donc conservés tels quels, entièrement vidés mais sans travaux d’embellissement. Les murs portent les traces du temps, les sols sont dépareillés, les vitrines des anciennes boutiques sont conservées. Cet espace brut rappelle l’étonnement qu’avait provoqué l’ouverture du Palais de Tokyo et son enveloppe mise à nu.

Dans ce passage pavé typique des faubourgs parisiens, les activités sont multiples. Sur rue, deux lieux éphémères : la Librairie Sans Titre et le restaurant des Cuistots Migrateurs. Tous les deux ont des lignes directrices fortes. La librairie est tournée vers les ouvrages d’art, les éditions indépendantes et les éditions d’artistes, tandis que le restaurant n’emploie que des cuisiniers réfugiés et fera découvrir les spécialités de leurs pays.

Dans la cour, l’art contemporain domine. Il est abordé par trois axes : les expositions, la résidence d’artiste et l’éducation artistique et culturelle. Deux expositions sont d’ores et déjà ouvertes et une troisième est prévue pour le printemps prochain.

Les expositions proposées sont toutes deux tournées vers la Bourse Révélations Emerige. La première, 5 ans, est une rétrospective des cinq premières années de la Bourse. Les cinq lauréats (Vivien Roubaud, Lucie Picandet, Edgar Sarin, Linda Sanchez et Paul Mignard) sont exposés et on fait ainsi le point sur l’évolution de leur travail, en lien avec les galeries partenaires de chaque édition.

La seconde exposition regroupe les douze finalistes de la Bourse Révélations 2019. Cette bourse s’adresse uniquement à des artistes plasticiens de moins de 35 ans, sans représentation par une galerie, et français ou vivant en France. L’exposition, intitulée L’Effet falaise, expression qui désigne une rupture brutale dans un système donné, présente donc la jeune scène artistique française.
Les artistes interrogent la valeur de l’œuvre d’art, l’industrie de l’armement, le marketing intrusif, les migrants ou encore l’archéologie urbaine, avec une multiplicité de techniques. Si certains semblent avoir une prédilection pour la peinture, ils sont nombreux à mélanger les supports de leur discours : dessin, céramique et terrazzo pour Néphéli Barbas, vidéo, sculpture et installation pour Charlie Aubry, ou encore peinture, vidéo et installation pour Paul Heintz, le lauréat de cette année.

Voltaire, pop-up longue durée, vient comme un élément perturbateur dans ce quartier encore largement dominé par les grossistes en textile. Profitez de son accès gratuit pour découvrir un lieu multiple et engagé, à l’image des jeunes artistes présentés qui méritent qu’on les écoute.

Révélations Emerige 2019
L’effet falaise / 5 ans
Du 09 octobre au 17 novembre 2019
Voltaire, 81 boulevard Voltaire, 75011 Paris

Visuels : © Rebecca Fanuele : 1-L’effet falaise, Révélations Emerige 2019, commissariat Gaël Charbau, Voltaire / 2-Victoire Thierrée, Janna Zhiri, Révélations Emerige 2019 – L’effet falaise, commissariat Gaël Charbau, Voltaire / 3- Paul Heintz, Révélations Emerige 2019 – L’effet falaise, commissariat Gaël Charbau, Voltaire/ 4- Néphéli Barbas, Révélations Emerige 2019 – L’effet falaise, commissariat Gaël Charbau, Voltaire/ 5- Linda Sanchez, Vivien Roubaud, Révélations Emerige 2014 – 2018, 5 ans, commissariat Gaël Charbau, Voltaire / 6- Edgar Sarin, Linda Sanchez, Lucie Picandet, Révélations Emerige 2014 – 2018, 5 ans, commissariat Gaël Charbau, Voltaire

« Kongo », documentaire félicité par le public au Festival Francophonie Métissée et Quinzaine du cinéma francophone 2019 !
Nil Yalter au Mac Val : une exposition crue et nécessaire
Laetitia Larralde
Architecte d'intérieur de formation, auteure de bande dessinée (Tambour battant, le Cri du Magouillat...)et fan absolue du Japon. Certains disent qu'un jour, je resterai là-bas... J'écris sur la bande dessinée, les expositions, et tout ce qui a trait au Japon. www.instagram.com/laetitiaillustration/

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *