Expos

Vincent Hadot, directeur du Musée des Beaux-Arts de Valenciennes nous parle d’Une histoire du monde en 100 objets

Vincent Hadot, directeur du Musée des Beaux-Arts de Valenciennes nous parle d’Une histoire du monde en 100 objets

27 mars 2018 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Du 19 avril au 22 juin, Le musée des beaux-arts de Valenciennes accueille «une Histoire du monde en 100 objets du British Museum ». Son directeur, Vincent Hadot nous parle de cette exposition événement.

C’est ce qui s’appelle un événement ! Le British Muséum au MBA, racontez moi l’origine de ce projet ?

« Une histoire du monde en 100 objets » constituera une des expositions les plus importantes de l’année dans la région et bien au-delà, venant illustrer avec force une politique volontariste au service du mieux vivre ensemble et de l’attractivité de Valenciennes. L’exposition « Une histoire du monde en 100 objets » proposera un événement culturel majeur pour Valenciennes, et pas seulement pour son musée des Beaux-Arts, et soulignera ainsi la capacité de notre Ville à organiser des manifestations de grande envergure.

Suite au souhait de nos élus d’organiser un événement d’envergure majeure, l’opportunité s’est présentée pour la ville de collaborer avec cette institution prestigieuse qu’est le British Museum, en exposant un échantillon représentatif de ses collections pour raconter une histoire du monde, notre histoire. Cette exposition, née il y a quatre ans, a été vue sous des versions toujours différentes à Abu Dhabi, en Australie, au Japon, en Chine, et s’apprête avec Valenciennes à être vue pour la première fois en Europe !

Alors, 100 objets, c’est minuscule pour raconter l’histoire du monde, comment avez-vous choisi les éléments présents ?

Les éléments présents dans cette exposition sont le fruit d’une sélection soignée réalisée par les équipes scientifiques du British Museum.

On y retrouve quelques-unes des œuvres déjà sélectionnées en 2010 pour le projet fondateur, qui sont accompagnées d’objets toujours choisis pour leur potentiel narratif.

Chaque objet raconte une histoire concrète sur une thématique importante de l’histoire humaine, il est une porte-ouverte sur le monde de nos prédécesseurs.

Valenciennes aura ainsi le privilège d’exposer par exemple le somptueux Cristal de Lothaire, chef d’œuvre d’orfèvrerie carolingienne, qui nous parlera du royaume disparu de Lotharingie, dont l’une des frontières était l’Escaut, la rivière qui traverse la ville.

En parlant d’éléments présents, est-ce que vous allez utiliser d’autres médiums, par exemple le son ou la vidéo ?

La ville a développé pour ce projet une scénographie élégante et moderne, associant à la fois des supports classiques (cartels, textes de salles), et d’autres plus interactifs (cartes animées, table tactile, vidéos), pour contenter au mieux toutes les catégories de publics, et rendre l’exposition la plus accessible possible. Un jeu vidéo autour de l’exposition, un site internet interactif, et des « chatbots » avec une sélection d’objets de l’exposition, ont également été développés entre autres pour les internautes.

Quels sont les parcours proposés au public et particulièrement au jeune public ?

L’exposition présente plusieurs niveaux de lecture. Un intérêt majeur réside dans la sélection des objets qui permettent de se projeter aisément, quel que soit l’âge des visiteurs, à la place des hommes qui les ont utilisés, et de voyager ainsi dans le temps et dans l’espace. Les plus jeunes visiteurs pourront par ailleurs être accompagnés, dans le cadre d’un livret de visite, par Maestro, le sage barbu des dessins-animés « Il était une fois ».

Si vous deviez vous racontez en un objet, lequel choisirez vous ?

Il est difficile de choisir tant chaque histoire est passionnante ! Arrêtons-nous sur une main votive arabe des IIe-IIIe siècle. Tout dans cet objet évoque le lointain. Près de deux millénaires nous séparent du yéménite qui fit mouler sa main au petit doigt cassé pour l’offrir au dieu protecteur de sa ville, Ta’lab Riyam, en échange de sa protection. Étonnamment, quelles que soient nos religions, nos croyances, nos convictions, voire nos superstitions, nombreux sommes-nous pourtant à continuer à utiliser l’objet pour nous porter chance. Qui n’a jamais jeté une pièce de monnaie dans un puits en formulant un vœu ? Tout évoque donc le lointain dans cette main de bronze, sauf peut-être nos réflexes d’Humains qui n’évoluent pas toujours autant qu’on l’imagine !

Informations pratiques
Du 19 avril au 22 juin au Musée des beaux-arts de Valenciennes
Boulevard Watteau, 59300 Valenciennes.
L’exposition sera visible :
du lundi au dimanche de 10h à 18h30
le mardi de 14h à 18h30
le vendredi et samedi de 10h à 21h

 

( Article partenaire)

Visuel : Main arabe en bronze, 100–300 de notre ère, Yémen, 1983- Autorisation service de presse

Meurtre de Mireille Knoll : une marche blanche se tiendra mercredi
Gagnez 3×2 places pour le concert de Paris Combo à La Cigale le 6 avril
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. amelie@toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *