Expos
Un aperçu de l’exposition ou\ /ert au Transpalette de Bourges

Un aperçu de l’exposition ou\ /ert au Transpalette de Bourges

24 octobre 2019 | PAR Jules Bois

Du 18 octobre au 18 janvier 2020, se tiendra l’exposition Ou\ /ert au Transpalette, centre d’art situé à Bourges. Cette exposition a lieu dans le cadre du plus vaste programme « perspectiv’act », qui engage l’art à engager un dialogue avec la science pour imaginer un futur.

« Ouvrons ensemble des champs d’interrogation, au-delà des symbolismes faciles et de la bonne conscience anthropocentrée » peut-on lire sur la présentation du programme perspectiv’act. Nous avons eu l’occasion d’avoir un aperçu de l’exposition alors en cours d’installation : OuVert.

L’art au service de la planète. Avec les commissaires Jens Hauser et Aniara Rodado, tous deux spécialistes des questions mêlant arts et sciences, la crise écologique est repensée dans cette exposition, par le biais artistique. Désireux de se détacher du greenwashing trop superficiel et plus motivé par l’image que par le fond, ils ont réunis chercheurs et artistes internationaux pour réfléchir sur notre anthropocentrisme. Compiler science, art et technologie pour aborder notre monde, notre place au sein de celui-ci, et remédier à notre destruction environnementale. Que les champs trop cloisonnés que sont les arts et les sciences s’allient pour considérer ensemble nos enjeux contemporains est une initiative géniale.

Décentrer le débat est l’un des enjeux majeurs de cette exposition. Par exemple, une installation comme Plantas Autofotosintéticas par l’artiste mexicain Gilberto Esparza produit de l’électricité à partir de l’activité microbienne se nourrissant d’eaux usées, pour alimenter un aquarium central, où une faune et flore prospère. L’homme dans ce processus n’intervient pas, du moins plus. Plus philosophique, Eva-Maria Lopez a construit un jardin où les motifs représentants les logos des grandes firmes comme Monsanto ou Bayer, sont faits de plantes devenues résistantes aux herbicides comme le glyphosate. On pourrait aussi citer l’installation de Joana Moll, qui affiche en temps réel le nombre d’arbres qu’il faudrait planter chaque secondes pour compenser le Co2 émit par les recherches internet. Impossible de tout citer tant les artistes présents sont nombreux, mais chaque performance, œuvre, installation, nous invitent à réfléchir. Sur l’humain, son importance relative, sur la complexité géniale d’une nature simplifiée et assujettie par la conception humaine…

Une exposition intéressante mais pas toujours aussi sensationnelle que prévu. Le nombre d’artistes présentés étant très grand, l’espace d’exposition compile une foule d’installation. Certaines s’en trouvent donc moins misent en valeur que d’autres. Pour mieux comprendre toutes les démarches artistiques et scientifiques, nous vous conseillons d’ailleurs les visites commentées du samedi à 15h. À partir de novembre, auront lieux des ateliers, colloques et débats autour des questions du végétal, de l’anthropocentrisme, et de la crise écologique en cours.

 

Exposition Ou\ /ert, au Transpalette de Bourges Ouvert du mercredi au samedi de 14h à 19h sauf jours fériés. Centre d’art ouvert le dimanche 20 octobre. Visites commentées tous les samedis à 15h. Plus d’info ici

Guillaume Andrieux nous parle de Pelléas et Melisande à l’Opéra de Dijon
Jo Drogba mène la danse dans « Voulez-vous danser ? » (clip)
Jules Bois

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *