Expos

Teamlab, plongée dans une nature numérique

Teamlab, plongée dans une nature numérique

15 mai 2018 | PAR Laetitia Larralde

Dans le cadre de la saison Japonismes 2018 qui commencera réellement en juillet, La Villette accueille le collectif japonais teamLab pour une exposition technologique et immersive.

 

Nous appréhendons tous le monde extérieur par notre corps, nos sens. Pour teamLab, il n’y a pas de séparation entre la nature et nous, nous formons un tout dans la longue et fragile continuité de la vie. Afin de nous donner un aperçu de ce que serait un monde sans ces frontières, ils ont investi l’espace au volume exceptionnel de la Grande Halle de la Villette et installé onze œuvres numériques sur plus de 2000 m². Plongés dans le noir, nous perdons nos repères pour en créer de nouveaux, plus fluides, où les limites de l’espace et du temps se brouillent. Les images évoluent tout autour de nous et jouent avec nos sens, dans une installation qui nous englobe totalement.

Le public pour une fois est amené à interagir avec l’œuvre. Plus il y a de monde, plus l’installation s’enrichit et évolue. Nous jouons avec les images qui nous entourent, et nous expérimentons en direct notre impact sur notre environnement. Bouger transforme l’installation, toucher un papillon le fait tomber, s’approcher d’un musicien le stoppe dans son mouvement. Mais rester statique a aussi des conséquences : l’eau de la cascade nous contourne, des fleurs éclosent à nos pieds. Nous existons, donc nous avons un effet sur notre environnement, nous sommes liés à la nature.

Non seulement les œuvres interagissent avec le public, mais elles interagissent entre elles. Plusieurs des œuvres se déplacent dans tout l’espace de l’exposition créant une porosité surprenante. Les corbeaux dispersent les pétales des fleurs, le cortège d’animaux du folklore japonais se déplace entre les papillons qui tombent à leur contact… Chaque œuvre fait l’objet d’un programme spécifique, tous regroupés sous un programme qui les fait interagir entre eux, le tout relié à une bande son allant du morceau de musique instrumentale au bruitage, comme par exemple pour accompagner le vol des oiseaux. L’espace est truffé de capteurs et de matériel électronique, mais à part quelques projecteurs en plafond, tout est caché. L’œuvre est infinie, et comme la vie elle est imprévisible. Ce ne sont pas des boucles vidéo projetées, ce sont des images animées créés en temps réel, qui évoluent en fonction de leur environnement. L’exposition est une prouesse technique et technologique, et une expérimentation énorme pour teamLab qui a rarement eu un tel espace d’expression.

Au premier regard cela peut sembler simple, facile, mais comme ces peintres japonais qui ont su saisir l’essence de leur sujet, des heures d’observation et d’esquisses menant à un unique dessin dont le naturel confine à l’évidence, le travail pour arriver à ce résultat est immense. Un an et demi pour mettre en place ces images qui bougent autour de nous dans une apparente simplicité, comme le ferait un élément naturel, et des passionnés d’ultratechnologie explorant ensemble les relations entre l’humain et la nature au travers de l’art pour créer des paysages oniriques donnant l’impression de la vie.
Le concept d’exposition est ici repensé, les œuvres sont créées en temps réel en fonction et avec le public et ses réactions et multiplient les expériences sensorielles tout en les rendant uniques pour chaque visiteur, poussé à déterminer ce que sera sa propre expérience de l’œuvre. Prenez le temps de contempler, de vivre dans le moment et vous fondre dans cette œuvre ludique et hypnotique pour une pause méditative bien plus profonde qu’il n’y parait.

teamLab : au-delà des limites
Grande Halle de la Villette, Paris
Du 15 mai au 9 septembre 2018

Visuels : Exhibition View, teamLab : Au-delà des limites, 2018, Grande Halle de La Villette, Paris © teamLab
1-Water Particles,Flowers and People – 2- The Way of the Sea – Colors of Life – 3 – Walk, Walk, Walk Search, Deviate, Reunite – Dancing People and Animals Beyond Borders – 4 – Flowers and People, Cannot be Controlled but Live Together – A Whole Year per Hour

Cannes 2018, compétition : avec « Une affaire de famille », Kore-eda Hirokazu plus délicat que jamais
Cannes, jour 8 : Lars Von Trier, même pas peur
Laetitia Larralde
Architecte d'intérieur de formation, auteure de bande dessinée (Tambour battant, le Cri du Magouillat...)et fan absolue du Japon. Certains disent qu'un jour, je resterai là-bas... J'écris sur la bande dessinée, les expositions, et tout ce qui a trait au Japon. www.instagram.com/laetitiaillustration/

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *