Expos
Sur les pas de Jean de La Fontaine

Sur les pas de Jean de La Fontaine

08 juin 2021 | PAR Rudy Degardin

« La Cigale et la Fourmi », « Le Lièvre et la Tortue », nombreux sont ceux qui ont entendu l’une de ces fables durant l’enfance. Mais qui connait vraiment la vie de leur auteur, Jean de La Fontaine ? Pour fêter les 400ans de sa naissance, Toutelaculture est parti sur ses traces à Château-Thierry, dans l’Aisne.

Toute la ville est marquée par sa présence. À Château-Thierry, la rue Jean de La Fontaine se trouve à côté de la place Jean de la Fontaine, non loin du lycée Jean de La Fontaine. Mais au-delà de la toponymie, l’auteur a aussi laissé un riche patrimoine encore visible aujourd’hui.

À commencé par sa maison natale, l’actuel musée Jean de La Fontaine. Une grande maison en pierre, époque Renaissance, qui a d’abord appartenue à ses parents. C’est ici qu’il est né, à l’étage, dans une grande pièce transformée depuis en bibliothèque. 

Il vécu dans cette maison jusqu’à ses 55ans. Mais étant plus Cigale que Fourmi, il dut se résoudre à la vendre pour rembourser ses dettes.

Aujourd’hui, le lieu garde tout de même cette ambiance du XVIIème. Avec sa grande salle au rez-de-chaussée, son élégant escalier ou encore ses plafonds à la française. Et il est même possible de visiter le cabinet de travail de l’auteur, là où tout a commencé.

Mais l’esprit du fabuliste n’habite pas que la maison. La ville garde aussi de nombreuses traces de son passage. Dans la rue du Château se trouve le collège où il reçut ses premiers enseignements. Pour l’anecdote, un livre de classe, aujourd’hui disparu, décrivait La Fontaine comme : « Bon garçon, fort sage et modeste ».

Il y a aussi l’auberge du Cadran, lieu où il aimait inviter ses amis. La légende raconte que c’est ici qu’il aurait découvert sa passion pour la poésie après qu’un soldat y ait récité des vers de Malherbes. Le jeune La Fontaine aurait tellement apprécié les écouter qu’il serait parti les réciter dans la forêt.

En poursuivant le chemin, on accède à l’emplacement d’un château, aujourd’hui disparu. C’est là que la duchesse de Bouillon, Marie-Anne Mancini, s’est liée d’amitié avec Jean de La Fontaine. Devenue sa protectrice, c’est elle qui l’aurait par la suite encouragé à écrire. Si Napoléon a détruit le château, des ruines datant de l’époque de Philippe IV le Bel sont toujours visibles.

Mais à la place du château se déploie aujourd’hui une large esplanade au sommet de la colline. « Je ne crois pas qu’il y ait de vue plus agréable que celle-ci » a d’ailleurs déclaré Jean de La Fontaine. Finalement, visiter Château-Thierry, c’est aussi retrouver l’homme derrière le monument littéraire. On peut l’imaginer, face à une telle la vue ou dans les forets alentours, prendre conscience de la beauté de la nature. Observer les cerfs, les biches, toute cette faune qui nourrira par la suite sa poésie.

Cette année, pour fêter les 400 ans de la naissance de Jean de La Fontaine, le musée éponyme accueille jusqu’au 17 octobre 2021 des œuvres représentant les fables en briques Lego. Si l’exposition est l’occasion d’attirer un jeune public, ces procédés muséographiques ne font cependant pas l’unanimité. Ainsi, en ces lieux, la querelle entre Anciens et Modernes semble toujours vivace.

 

Visuel 1, 2, 4, 5, 6 : © Rudy Degardin – Toutelaculture

Visuel 3 : © Aisne Tourisme

 

Centre Pompidou x Jersey City : l’utopie Beaubourg en Amérique
Gagnez 2×5 places pour « Short Stories », adaptation et mise en scène de Sylvain Maurice au théâtre de Sartrouville et des Yvelines
Rudy Degardin

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture