Expos

La Suite Vollard dévoile un Picasso intime à Cannes

La Suite Vollard dévoile un Picasso intime à Cannes

10 décembre 2017 | PAR Yaël Hirsch

C’est au cœur de la croisette, au Centre d’Art La Malmaison, que pour la première fois, les 100 gravures commandées par Ambroise Vollard à Pablo Picasso à la fin des années 1930 sont réunies. Extraite des collection du Musée Picasso, cette série riche, intime et peuplée de mythes à découvrir à Cannes avant le 29 avril 2018.

[rating=4]

Pour la première fois les 100 gravures mystérieuses qu’Ambroise Vollard a commandées à Picasso sans jamais pouvoir en faire une édition avant sa mort en 1939 sont réunies. Inspirées par les Métamorphoses d’Ovide aussi bien que par le Chef d’Oeuvre inconnu de Balzac, elles ont été imprimées à 50 ou 100 exemplaires sur des bons à tirer signés de la main du maître par le grand imprimeur Roger Lacourière. Au coeur de l’exposition on retrouve certaines plaques de cuivre barrées par ce dernier après avoir livré le lot commandé. Seuls quelques grands musées (Picasso, National Gallery, MoMA, British Museum) ont récupéré l’ensemble de ces gravures après le décès de la veuve d’Ambroise Vollard, et en général, elles sont extraites une à une pour illustrer telle ou telle exposition thématique. Rassemblées par le commissaire de l’exposition, Frédéric Bellester, elles conservent tout leur mystère, mais sont néanmoins organisées en 6 ensembles et accrochées selon un code couler qui constitue une scénographie sobre et réussie. Il y a une longue série sur la diversion ou le bonheur d’aimer (27), une seconde, brève et rouge, sur le viol, une troisième autour de Rembrandt inspirateur du projet dans son rapport avec la gravure. Puis, avec la beauté apaisante de Marie-Thérèse, l’on entre dans l’atelier du peintre, ou le couple muse/artiste (souvent barbu et vieux) se mêle lascivement avec la création. Et le cycle se termine avec deux séries sur le Minotaure, préfigurant parfois Guernica La première prolonge comme une métamorphose l’intimité de l’atelier. Et la deuxième est plus œdipienne, ou le Minotaure aveugle est conduit par une petite fille dans des images d’une grande tendresse. L’on finit ce parcours étonnant et à faire absolument sur deux esquisse d’Ambroise Vollard par Picasso. La Suite Vollard reste une bien belle énigme, qu’il faut voir rassemblée comme un luxueux puzzle au centre d’art de La Malmaison.

Centre d’art La Malmaison, 47 boulevard de la Croisette, 06400 Cannes.
visuel : affiche de l’exposition

La Villa Sohso investit un hôtel particulier
Singin’ in the Rain : claquettes et paillettes sous la nef du Grand Palais
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *