Expos
So british ! expose 10 chefs d’œuvres de la Collection Pinault au Musée des Beaux Arts de Rouen

So british ! expose 10 chefs d’œuvres de la Collection Pinault au Musée des Beaux Arts de Rouen

20 février 2020 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Sylvain AMIC (Directeur de la Réunion des Musées Métropolitains), Joanne SNRECH (Conservatrice) et Zoelie MARTIN (Médiatrice) nous parlent de SO BRITISH ! 10 CHEFS-D’ŒUVRE DE LA COLLECTION PINAULT, qui se tient jusqu’au 11 mai au Musée des Beaux Arts de Rouen.

 

Je suis très étonnée de cette collaboration public/privé, avez-vous la sensation que les frontières s’effritent ?

Sylvain AMIC : Je pense que lorsque le rôle et la place de chacun est bien définie, que les conditions collaboration sont transparentes, public et privé peuvent joindre leurs efforts pour permettre de démocratiser l’accès à l’art et à la culture. Ce n’est ni la seule ni la première collaboration de cette nature que nous proposons, et nous ne nous inscrivons ni en opposition ni en rivalité vis-à-vis des initiatives privées.

En parlant frontière, consacrer une exposition au « british » alors que l’Angleterre a fui l’Europe, était-ce une volonté politique ?

Sylvain AMIC : Si le Royaume-Uni a quitté l’Union européenne, les liens entre l’Angleterre et la Normandie sont eux historiques, culturels et indissolubles. Notre histoire, nos collections et nos activités portent tout naturellement cette marque. Il ne s’agit pas pour nous de commenter les ruptures, mais plutôt d’insister sur les continuités.

Concrètement, quel est l’axe central de So British ?

Joanne SNRECH : L’axe central de So British est la confrontation mise en place entre les œuvres contemporaines et nos propres collections. Nous avons proposé des rapprochements autour de thématiques, de genres, de techniques, et chacune des dix œuvres installées au sein du parcours permet d’une part de découvrir le travail d’un grand artiste, jamais exposé à Rouen, comme Damien Hirst, Lynette Yiadom-Boakyé ou Thomas Houseago, et d’autre part d’appréhender les collections du musée sous un nouveau jour.

Quel est le parcours d’exposition ?

Joanne SNRECH : La première œuvre de So British ! se trouve dans la première salle du parcours permanent, elle accueille le visiteur à l’entrée des collections. Il s’agit d’une œuvre de Gilbert & George, Cry, qui est présentée dans la même salle qu’un vitrail appartenant au musée, avec lequel elle partage une esthétique commune : cerne noir délimitant la forme, couleurs vives employées en nombre limité, grande lisibilité de la composition. Ce vitrail est d’ailleurs présenté pour la première fois au public depuis sa restauration : le projet So British ! a été l’occasion de repenser la place de certaines collections dans nos salles. Puis, les œuvres de la Collection Pinault sont réparties tout au long du parcours: une œuvre de Damien Hirst se trouve dans la salle consacrée aux natures mortes et aux vanités hollandaises du 17e siècle, le spectaculaire Christ de Paul Fryer prend place au centre d’un cycle consacré au martyr de Saint André du milieu du 18e siècle, une grande toile de Jonathan Wateridge est placée en miroir de nos grands formats du 19è siècle et vient interroger l’idée de peinture d’histoire… Ces différentes pauses dans le parcours accompagnent et surprennent le public tout au long de sa visite.

 Quelles sont les actions ; les activités organisées autour de So British ?

Zoelie MARTIN : Le Service des publics a écrit des cartels développé volants que le public peut emmener avec lui, en français et en anglais. De plus, nous avons proposé à l’heure actuelle 146 médiations orales, ce qui est un très bon chiffre !

Informations pratiques : 

Au Musée des Beaux-Arts de Rouen jusqu’au 11 mai. Esplanade Marcel Duchamp
76000 Rouen- Réservations ici.

Crédits photos : © Réunion des Musées Métropolitains Rouen Normandie © Photo : Yoahnn Deslandes

Festival Présences (6) : une clôture magistrale
Noeud pap et smoking, Tom Villa nous présente son one-man chic « Les Nommés sont… », au République
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *