Expos
Robert Adams et Mathieu Pernot au Musée du Jeu de Paume

Robert Adams et Mathieu Pernot au Musée du Jeu de Paume

14 février 2014 | PAR Marie Boscher

Du 11 février au 18 mai 2014, le musée du Jeu de Paume expose, entre autres, les œuvres de Robert Adams et de Mathieu Pernot. Deux artistes qui à travers leurs photographies brutes révèlent la beauté d’un instant, et racontent l’homme.

Une caravane en feu, un enfant qui crie, un clandestin emmailloté qui dort dans un carton pour l’un, une plaine mutilée par les engins agricoles, les lueurs d’une attraction de fête foraine dans la nuit américaine, un arbre privé de son irrigation qui dépérit lentement pour l’autre : dans La traversée et dans L’endroit où nous vivons, les photographies sont brutes et n’empruntent pas de détour pour raconter la scène qui se déroule.

Et pourtant, à y regarder de plus près, la richesse esthétique se révèle dans l’instantanéité du moment. Les natures spoliées de Robert Adams montrent la désillusion de l’homme qui a voulu dompter la nature pour son profit. L’intervention de l’homme appelle t-elle à la violence, au nihilisme, à l’irrespect ? Cette plaine du Colorado, meurtrie en son cœur par un forage pétrolier, est-elle l’étendard de la modernité, du progrès de l’homme, ou d’un manque de considération de celui-ci envers la nature ?
A l’inverse, le travail de Mathieu Pernot nous montre des instants de vie abrupts et parfois agressifs, mais qui nous laissent réfléchir à la magnificence de l’instant suspendu. Un bâtiment dynamité, issu de la série Implosions, ce n’est pas que la disparition des souvenirs de ses anciens habitants, c’est aussi la beauté des volutes de fumée, les nuées d’oiseaux dérangés qui s’envolent, les déformations géométriques du béton. Un instant éphémère, suspendu par le boîtier du photographe et qui révèle un charme inattendu.

La brutalité de la vie, de l’homme

Ni Robert Adams ni Mathieu Pernot n’entrent dans une perspective de dénonciation de la cruauté de l’homme et de la vie. Ils se positionnent, chacun à sa manière, comme les témoins des pauses de vie qui exhalent toutes seules un message, qu’il soit poétique ou critique. Au visiteur de juger si dans les portraits d’afghans clandestins endormis dans les squares parisiens, réunis dans la série Les Migrants, il doit voir l’espoir, le répit trouvé dans le sommeil avant le délogement policier quotidien, ou la violence de la situation inacceptable de ces hommes en situation irrégulière. A lui d’estimer si les photographies de l’Ouest Américain, avec ses diners, ses fêtes foraines et ses supermarchés gigantesques, sont des représentations exhaustives de la vie quotidienne ou bien la dénonciation d’une nature privée de ses droits et envahie par les hommes.
Robert Adams et Mathieu Pernot nous invitent à réfléchir sur le monde qui nous entoure, à ne plus rester simple spectateur de ce qui se déroule autour de soi. Chaque instant, chaque paysage contient sa part d’ombre et de lumière que chacun est libre d’interpréter à sa façon. Ils livrent un point de vue différent sur l’immédiateté du quotidien.

Visuels : Longmont, Colorado ; Pikes Peak, Colorado Springs, Colorado © Robert Adams. Courtesy Fraenkel Gallery, San Francisco et Matthew Marks Gallery, New York
Le feu ; Implosions © Mathieu Pernot

Informations pratiques

Chaque mercredi et samedi, des visites commentées sont organisées à 12h30.
Des conférences et des séminaires sont prévus tout au long de l’exposition. Renseignements au 01 47 03 13 31.

Infos pratiques

Le Bellovidère
IRCAM
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *