Expos
Réouverture des Objets d’art XVIIIe au Louvre : vous avez dit « Period Room ? »

Réouverture des Objets d’art XVIIIe au Louvre : vous avez dit « Period Room ? »

04 juin 2014 | PAR Géraldine Bretault

Au terme de dix ans de travaux, les salles XVIIIe du département des Objets d’art au Louvre viennent de rouvrir au public. Grâce au soutien de nombreux mécènes, et sous l’œil affûté du célèbre décorateur Jacques Garcia, c’est une véritable révolution muséographique qui s’est opérée. 

[rating=4]

Disons-le d’emblée : les collections royales et princières du Louvre pour les arts décoratifs des règnes Louis XIV, XV, XVI, sont tout simplement inégalables, constituées de chefs-d’œuvre dans toutes les techniques répertoriées pour la période : ébénisterie, orfèvrerie, tapisserie, porcelaine, lambris… Un concentré de splendeur et de raffinement, autour de pièces spécialement bichonnées pour l’occasion.

Souffrant d’une muséographie devenue vieillotte, le département avait en effet bien besoin d’être dépoussiéré et entièrement repensé. Sous la férule de Jannic Durand, ce sont tous les personnels du Louvre, des équipes scientifiques aux Ateliers de restauration qui ont œuvré de concert pour permettre aux salles d’accueillir les publics variés et curieux du XXIe siècle. Or dans ce domaine, le modèle anglo-saxon suscite la curiosité depuis quelques décennies déjà – je veux parler des fameuses period rooms. Ou l’art de reconstituer l’ambiance esthétique d’une époque, quand bien même la provenance des pièces serait hétérogène.

Avec une nuance toutefois : là où les Américains ne s’embarrassent pas toujours, n’hésitant pas à redécouper des lambris anciens pour les insérer dans lesdites rooms, les éléments de décor présentés ici sont respectés dans leur intégrité. Au risque parfois de compliquer la circulation entre certaines salles, ce sont bel et bien des intérieurs complets qui renaissent sous nos yeux émerveillés. Il faut souligner la subtilité du parcours muséographique, qui ne laisse aucun public de côté : promenade d’un salon à l’autre pour le flâneur, vitrines savamment articulées pour les amateurs de faïences et de porcelaines, bornes multimédia au contenu de qualité, à la navigation simple, et insérées discrètement au cœur du parcours pour le public désireux de connaître le mode de vie des commanditaires de ces pièces.

Au terme de votre visite, gageons que le style du roi Soleil, la rocaille et le néoclassicisme n’auront plus de secret pour vous. Un dernier coup d’œil sur la majestueuse enfilade recréée le long de la cour Carrée, et il est temps de regagner notre belle époque.

 

Crédit : © 2014 Musée du Louvre, dist. RMN-GP / Olivier Ouadah

 

Bravo! d’Ole Könnecke
Entre roman et film, « Common Objet » de Lewis Baltz au Bal
Géraldine Bretault
Diplômée de l'École du Louvre en histoire de l'art et en muséologie, Géraldine Bretault est conférencière, créatrice et traductrice de contenus culturels. Elle a notamment collaboré avec des institutions culturelles (ICOM, INHA), des musées et des revues d'art et de design. Membre de l'Association des traducteurs littéraires de France, elle a obtenu la certification de l'Ecole de Traduction Littéraire en 2020. Géraldine a rejoint l'aventure de Toute La Culture en 2011, dans les rubriques Danse, Expos et Littérature. Elle a par ailleurs séjourné à Milan (2000) et à New York (2001, 2009-2011), où elle a travaillé en tant que docent au Museum of Arts and Design et au New Museum of Contemporary Art. www.slowculture.fr

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture