Expos

L’univers onirique de Jean-Jacques Lequeu

L’univers onirique de Jean-Jacques Lequeu

02 janvier 2019 | PAR Gabrielle Degeorge

‘Jean-Jacques Lequeu : bâtisseur de fantasmes’ au Petit Palais révèle le personnage intriguant de l’artiste français Jean-Jacques Lequeu. 

Deux nouvelles expositions ont ouvert leurs portes au Petit Palais. L’une d’entre elle se consacre au travail du peintre symboliste Frédéric Khnopff, l’autre à l’oeuvre du dessinateur Jean-Jacques Lequeu (1757-1826). Toutes deux éclairent deux artistes singuliers et plus ou moins méconnus du grand public. Mais tandis que Frédéric Khnopff a été redécouvert dans les années 1970 et a connu un grand succès de son temps, Jean-Jacques Lequeu est mort dans l’obscurité et son oeuvre prolifique demeure encore de nos jours inexplorée. 

‘Jean-Jacques Lequeu : bâtisseur de fantasmes’ raconte avant tout l’histoire d’un homme qui dévoua sa vie à un art sans jamais trouver la notoriété. Né sous Louis XV et est mort sous Charles X, Jean-Jacques Lequeu a vécu à cheval entre deux époques. Un enfant du peuple, fils de menuisier, il s’est hissé dans la sociét » grâce à ses talents de dessinateur. Toutefois, il développa de son côté des idéaux révolutionnaires et en ceci il est un véritable reflet des obsessions de son temps.

Après s’être fait remarquer pour ses prouesses techniques, Lequeu est allé à l’école de dessin de Rouen où il a appris les techniques du dessin. Il s’est ensuite dirigé vers des études d’architecture. Ses dessins, dont plusieurs centaines furent légués à la BNF, regorgent de détails et font preuve d’une maitrise de la technique du dessin impressionnante. On retrouve en effet l’influence de la méthode de dessin architecturale technique dans ses ouvrages. 

Ses dessins s’inspirent de la mythologie et de la religion dont il se sert pour créer un univers personnel singulier. Le visiteur, qu’il soit féru d’architecture ou non, peut se perdre dans les détails du dessin. Sans doute que le fait qu’il n’ai jamais trouvé de succès dans sa carrière d’artiste lui a permis de laisser libre cours à son imagination pour dessiner des plans fantasques à ses édifices imaginaires.

Grâce à cette exposition, Jean-Jacques Lequeu sort enfin de l’obscurité. Il est aussi l’objet d’une petite exposition au musée des beaux-arts à Rouen dans le cadre d’une collection d’expositions sur l’art du dessin.

Visuel: ©Petit Palais 

Gagnez 10 laissez-passer UGC
Les sorties cinéma du 2 janvier
Gabrielle Degeorge

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *