Expos

L’Inde dans l’objectif du XIX ème siècle

L’Inde dans l’objectif du XIX ème siècle

07 novembre 2019 | PAR Laetitia Larralde

Pour son partenariat avec la 23ème édition de Paris Photo, le musée Guimet nous dévoile une sélection de photographies sur l’Inde au XIXème siècle. Un parcours entre exploration du patrimoine indien et nostalgie des beautés passées.

Depuis cinq ans, le musée Guimet met en lumière sa large et riche collection photographique par une exposition thématique annuelle. Après Terres de riz l’année dernière, la nouvelle exposition se concentre sur l’Inde avec une centaine de clichés.

L’engouement pour la photographie est immédiat en Inde. Les techniques se développent rapidement via les liens avec l’Europe par le Raj britannique ou les comptoirs français, et très vite des studios photo s’installent à Madras, Calcutta ou Bombay. De plus, les campagnes d’inventaire du patrimoine indien de la Compagnie des Indes orientales abandonnent le dessin pour la photographie, pratiquée par les militaires britanniques. l’Inde est un territoire de développement de cet art, tant au niveau technique que créatif.

Si la photographie s’est également largement répandue parmi le public indien, on se concentre ici sur trois photographes et studios anglais : Linnaeus Tripe, Samuel Bourne (Studio Bourne & Shepherd) et le studio Baker & Burke. Linnaeus Tripe, sergent stationné à Madras, a laissé de nombreux tirages sur le sud de l’Inde. Ceux présentés ici, les plus anciens du parcours (on débute en 1858), sont des tirages sur papier salé, tandis que le reste des tirages sont sur papier albuminé et se concentrent sur le nord du pays.

Les sujets capturés vont du paysage à l’architecture en passant par la cour des maharadjahs. Mais les photographes ne se cantonnent pas à la photographie purement documentaire. Ils cherchent l’œuvre, nourris par les principes de la peinture européenne et américaine. Le cadrage et la composition sont travaillés, que l’on soit face au Taj Mahal ou à une vallée montagneuse du Cachemire. C’est dans cette région que Samuel Bourne capte des paysages grandioses au cours de ses trois expéditions qu’il documenta par de nombreuses lettres envoyées à Londres. Ces photographies se placent dans la lignée des recherches des peintres paysagistes, à la fois évolution artistique et pont entre les continents.

La qualité des clichés est indéniable. On se perd dans la précision des détails, les sculptures des forts du Rajasthan ou les dômes de Bénarès nous emportant dans une contemplation fascinée, autant par la technique photographique que par l’architecture et les paysages indiens.

On découvre ou redécouvre des sites archéologiques comme Elephanta ou iconiques comme Agra, des paysages et des personnages, où les dentelles de pierre cohabitent avec les statues dissimulées au fond des temples anciens, les charmeurs de serpents avec les envolées de tissu des danseuses. Autant de photographies qui ont façonné l’image de l’Inde à l’étranger.

L’exposition nous fait voyager par le regard de ces photographes explorateurs et esthètes, et nous laisse rêveurs quant aux autres trésors que la collection du musée recèle encore.

L’Inde, au miroir des photographes
Du 06 novembre 2019 au 17 février 2020
Musée national des arts asiatiques – Guimet, Paris

Visuels 1- affiche de l’exposition / 2-Sans titre. Udaipur. Le palais de Jag Mandir sur le lac Pichhola, Studio Bourne & Shepherd – Épreuve sur papier albuminé, 1873, AP15344 / 3- Sans titre, Tukoji Rao II Holkar (1835-1886), maharajah d’Indore, Bourne & Shepherd (attribué à)- Épreuve sur papier albuminé, 1877, AP15471/ 4- Sans titre. Agra. Le Fort Rouge. La Musamman Burj, Samuel Bourne (1834-1912) Épreuve sur papier albuminé, 1863-70, n°1223, AP15319 / 5- Bénarès. Le Temple d’or ou Temple de Vishvanath, William Baker & John Burke – Épreuve sur papier albuminé, 1867-72, n°1039, AP17910
© MNAAG, Paris, Distr. RMN-Grand Palais / image musée Guimet

Chevalrex, dernier concert de la tournée du groupe au 104
Picture Festival : la ville se gagne par la création !
Laetitia Larralde
Architecte d'intérieur de formation, auteure de bande dessinée (Tambour battant, le Cri du Magouillat...)et fan absolue du Japon. Certains disent qu'un jour, je resterai là-bas... J'écris sur la bande dessinée, les expositions, et tout ce qui a trait au Japon. www.instagram.com/laetitiaillustration/

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *