Expos
Les vernissages de la semaine du 10 novembre

Les vernissages de la semaine du 10 novembre

10 novembre 2016 | PAR Ophelie Masson

A l’occasion de la Foire Paris Photo au Grand Palais cette semaine, nous vous proposons une sélection des meilleurs vernissages d’expos photos à Paris.

Hannah Starkey, Women, au Centre culturel Irlandais

C’est la première exposition en France de cette photographe Irlandaise, née à Belfast. Hannah Starkey vit essentiellement à Londres depuis les années 1990, et tente d' »explorer l’expérience du quotidien et observer la vie urbaine de l’intérieur, d’un point de vue de femme ». Son intérêt pour la photographie de rue s’inspire du concept de la « flâneuse » du XIXe siècle, qui déambule dans les rues, au gré de ses envies. Son style réaliste n’est pas sans rappeler les peintures d’un certain Edward Hopper.
Jeudi 10 novembre, de 18:00 à 21:00
Entrée libre
Métro: Place Monge / Luxembourg

Anika Von Hausswolff,Grand Theory Hotel, Institut Suédois

IS

Cette exposition regroupe une collection d’œuvres qui mettent en lumière les univers surréaliste, féministe et photographique des dix dernières années de l’artiste nordique, l’une des plus remarquables de notre époque. Le sujets de prédilection de Anika Von Hausswolff tournent autour de l’exploration des structures patriarcales, la criminologie, le capitalisme global et l’inconscient.
Jeudi 10 novembre, 18:00 à 20:30
Entrée libre
Métro: Chemin Vert / Saint-Paul

Johan Bävman, Papas, Institut Suédois

papas vern_large

 

Si la Suède est connue pour avoir mis en place l’un des systèmes de congé parental les plus généreux au monde (480 jours indemnisés dont 90 attribués à chaque parent de manière incessible), seuls 14 % des parents suédois décident de l’utiliser et de le partager à égalité. Photographe maintes fois primé, Johan Bävman a choisi, dans son projet Swedish Dads, de faire le portrait de ces pères de tous milieux sociaux qui ont choisi de s’occuper de leurs enfants pendant au moins 6 mois. « Je veux comprendre pourquoi ces hommes ont choisi de rester à la maison beaucoup plus longtemps que les autres pères suédois. Qu’est-ce que cela leur a apporté ? Dans quelle mesure leur relation avec leur partenaire a-t-elle changé ? A quoi s’attendaient-ils avant de prendre leur congé parental ? » La galerie de portraits de papas avec leurs enfants est à la fois insolite et touchante. Elle interpelle en dévoilant une autre vision de la paternité et de la masculinité.
Jeudi 10 novembre, de 18:00 à 20:30
Entrée libre
Métro: Chemin Vert / Saint-Paul

Laurent Montaron, Dioramas, Fondation Ricard

Montaron

 

Quelle place donner à l’expérience, et comment la transmettre aujourd’hui? Telle est l’intrigue que tente de résoudre l’artiste interdisciplinaire, en faisant référence aux techniques de reproduction et de diffusion de l’image et du son, lesquelles ont profondément renouvelé les modes de circulation de l’information. L’exposition invite le spectateur à une réflexion sur l’omniprésence du regard et sur la place laissée à l’expérience.
Laurent Montaron a déjà exposé à l’IAC de Villeurbanne, au Centre National de la Photographie à Paris, au FRAC Champagne-Ardenne, à Mercer Union à Toronto, au Kunstverein de Fribourg, ou au Kunsthaus-Baselland, à Bâle.
Lundi 14 novembre
Métro: Concorde / Madeleine

La vie idéale de Jon Raymond, la quête d’un monde meilleur
« L’amour dans tous ses États » à la Gaité Montparnasse.
Ophelie Masson

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *