Expos
Les artistes femmes à l’honneur au musée Mohammed VI de Rabat !

Les artistes femmes à l’honneur au musée Mohammed VI de Rabat !

03 novembre 2016 | PAR Magali Sautreuil

Du 23 novembre 2016 au 8 mars 2017, les femmes seront à l’honneur au musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain de Rabat. La capitale marocaine aura en effet le plaisir d’accueillir l’exposition « Femmes, artistes marocaines de la modernité (1960-2016) ». Au-delà de la manifestation artistique, cette exposition s’interroge également sur la place de la femme dans la société marocaine.

Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si l’exposition se termine le 8 mars, journée internationale de la femme. Depuis l’indépendance du Maroc, les femmes tendent lentement mais sûrement vers leur émancipation. Même si elles sont parvenues à gagner de nouveaux droits, des inégalités flagrantes demeurent. Cette exposition constitue donc un pas de plus vers l’égalité homme-femme.

Selon la fondation nationale des musées au Maroc, les artistes-femmes marocaines sont essentielles « à la redéfinition et à la remise en question des catégories dominantes de l’art ». Il est donc logique de se poser la question de leur intégration et de leur apport à l’histoire de l’art.

En tout, ce sont près de 120 œuvres réalisées par 26 femmes différentes, qui seront exposées. Mondialement connues, ces femmes au caractère bien trempé ont une approche particulière de l’art. Celle-ci, libérée des contraintes académiques, est intuitive et spontanée. Quelque soit le médium utilisé, ces artistes vivent et ressentent leur art au plus profond d’elles-mêmes.

Parmi les noms qui courent pour cette exposition figurent « la paysanne de l’art » Chaibia Talal (1929-2004) et Radia Bent Lhoucine (1912-1994), deux peintres autodidactes encouragés par leur fils. Leurs peintures aux couleurs vives s’inscrivent dans le courant de l’art naïf et de l’art brut. Grâce à elles, toute une génération de femmes-artistes a pu éclore.

Latifa Toujani, née en 1948, se présente d’ailleurs comme la première femme artiste de l’histoire de l’art contemporain marocain après les tenantes de l’art naïf et figuratif. Membre fondatrice de l’association marocaine des arts plastiques et membre de plusieurs associations d’arts plastiques internationales, elle est aussi membre fondatrice de l’organisation marocaine des Droits de l’Homme. Son approche poétique et esthétique de l’art s’exprime aussi bien à travers la peinture que par la gravure, la lithographie, l’estampe et la photographie.

L’art des artistes-femmes marocaines repose donc également sur de solides bases culturelles. C’est le cas notamment de Monia Abdelali, née en 1964. Sa peinture colorée, qu’elle-même qualifie comme « un mélange de bande-dessinée et de psychédélique », est inspirée de la culture pop américaine des années 1980. Femme de caractère, elle se dit prête à relever le défi extraordinaire d’être « arabe, musulmane, africaine, tiersmondiste et de sexe féminin ».

Cette exposition collective promet donc d’être haute en couleurs et forte en émotions. À sa tête, une autre femme, la plasticienne, théoricienne de l’art et professeure d’université, Rim Laâbi.

Si cet article vous a donné envie de découvrir l’univers et la particularité des artistes féminines marocaines, rendez-vous à Rabat à partir du 23 novembre 2016.

Infos pratiques

La culture du candidat Sarkozy : le Buisson élagué, l’ère du vide
« Le gang des rêves » : roman incroyablement saisissant de Luca Di Fulvio
Magali Sautreuil
Formée à l'École du Louvre, j'éprouve un amour sans bornes pour le patrimoine culturel. Curieuse de nature et véritable "touche-à-tout", je suis une passionnée qui aimerait embrasser toutes les sphères de la connaissance et toutes les facettes de la Culture. Malgré mon hyperactivité, je n'aurais jamais assez d'une vie pour tout connaître, mais je souhaite néanmoins partager mes découvertes avec vous !

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *