Expos
L’école buissonnière du MAIF Social club

L’école buissonnière du MAIF Social club

24 septembre 2020 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Joie ! Le très vivant Maif social club présente une nouvelle exposition, Trop classe qui décale les fondamentaux de l’apprentissage. Ludique et intelligent

L’espace est assez vide cette fois-ci. A chaque idée correspond une nouvelle articulation du lieu. Depuis bientôt quatre ans, le Maif a pris l’allure d’une cabane, d’un plein rêve, d’une clairière. Là, l’ambiance est plutôt celle d’une récréation ou d’une chouette bibliothèque. Comme toujours, l’idée est de toucher et de traîner. Rassurez- vous, il y a du gel partout et un protocole sérieux de circulation.

Cette fois-ci, le commissariat est confié à Fiona Meadows et la scénographie au Studio Smarin. Elle a convoqué des artistes tous différents et tous pertinents : Filipe Vilas-Boas, Victor Bois, Bonnefrite, Valérie Mréjen, Mohamed El Khatib ,Céleste Boursier-Mougenot, Stéphanie Marin et 13 créateurs multimédias sélectionnés par la Souris Grise.

Vous voulez apprendre ? Jouez !

Une agora toute en mousse, mais qui ressemble à de la pierre vue de loin est une invitation à la discussion et au jeu. On y trouve des tablettes enserrées dans des coussins à poser sur ses cuisses comme lorsque l’on se vautre sur son canapé à la maison. On y trouve des applications toutes interactives. Par exemple, nous avons composé un groupe de beat box grâce à Incredibox, à partir de 6 ans et c’est trop marrant !

Car oui, le Maif c’est un lieu tout public, vraiment tout public et donc les mômes sont bienvenus. Les médiateurs TOUJOURS présents sont là pour les prendre en charge et tout leur raconter.

Mais les plus grands ont aussi de quoi s’amuser à la récré. Ils peuvent même dormir… Le Nap Bar et Kairos du Studio Smarin vous invite à une sieste rythmée par le tempo de votre cœur. L’idée est de rappeler que sans repos il n’y pas de pensée. Il faut prendre le temps d’écouter sa respiration et laisser décanter ce que l’on voit.

Plus actif et moins reposant ( quoi que !), le Mobilab de Victor Bois nous invite à « Faire ».  Là nous ne sommes plus en recréation mais bien en train d’apprendre puisque ce FAB LAB façon food truck vous permet – sur inscription et c’est gratuit– à venir créer vos propres objets grâce à une brodeuse numérique, une imprimante  3D.  Il est possible d’imprimer directement à partir d’un fichier d’open source. La british library chez vous, c’est possible !

Pas très loin de cet univers là, nous rencontrons Filipe Vilas-Boas et son iconique œuvre The punishment qui parodie la punition des lignes à recopier à l’école.

A chaque expo, son robot et sa table d’écolier, dans une démarche écoresponsable.  Ici, le poète nous confronte à un adorable robot jaune qui répète et écrit en cursive à l’infini : « I must not hurt humans », et en plus on peut s’asseoir à côté de lui. Cela interroge sur la place que les robots peuvent avoir dans l’éducation. 

Mais éduquer, et tous les parents confinés l’ont vécu, cela se passe parfois par des formes ludiques à la maison. Et nous avons le grand bonheur de découvrir le film de Norah El Kathib, qui doit à peu prés avoir 4 ans, dirigée par son papa, le metteur en scène Mohamed El Kathib. L’atelier fonctionne et le film crée pas mal de suspens autour du goûter ! Au delà de l’aspect adorable cela vient dire que chacun peut et doit, sans pression, transmettre ce qu’il sait faire. 

On ne va pas tout vous raconter ! Juste, allez-y, posez vous sur l’agora, prenez un livre, partagez. 

L’exposition est là jusqu’au 13 février et s’inscrit dans la thématique Transmission. L’exposition s’accompagne d’une programmation de spectacles démente : on y retrouve Frédéric Ferrer avec De la morue le 26 novembre,  Lisa Guez du 21 au 23 janvier… Tout est ici.

Maif Social Club, 37 rue de Turenne, 75003 Paris.

Visuels : ABN

 

 

 

Le Quai de Ouistreham : le reportage de Florence Aubenas dans une mise en scène saisissante
L’insolite, la découverte, les jeunes talents: les Scènes Ouvertes à l’Insolite du Mouffetard
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *