Expos
« L’éclat des ombres » : apparats et eaux profondes des îles Salomon au Musée du Quai Branly

« L’éclat des ombres » : apparats et eaux profondes des îles Salomon au Musée du Quai Branly

21 novembre 2014 | PAR Yaël Hirsch

Jusqu’au premier février, le Musée du Quai Branly accueille au sein de ses collections l’exposition « L’éclat des ombres »  dédiée aux ombres et aux lumière et surtout à la quête d’élégance des habitants des 900 îles Salomon. Sous la houlette de l’ethnologue Sandra Revolon, l’on part à la découverte des objets toujours magnifiés de ces populations mélanésiennes de près de 30 000 ans et de 85 langues différentes. 

[rating=4]

A partir de collections venues des collections de photographies du Quai Branly, et de divers musées européens, c’est à la découverte d’une civilisation que nous convie cette exposition exceptionnelle où l’on découvre un peuple multiple à travers les objets quotidiens ou artistiques qui le caractérisent. Entre les monnaies-plumes (incroyables!), les reliques animales et humaines qui prouvent le pouvoir des plus importants (à travers le mana des ancêtres), les objets parfaitement effilés de guerre et de chasse aux têtes, les bijoux précieux, les figures de proues (très recherchées depuis longtemps par les européens) et les objets de pêche ou d’initiation, on part à la rencontre de peuples qui font primer la sobriété et l’élance d’un pouvoir très hiérarchique et concentré sur les chefs, très respectueux de ses morts et fascinant par son goût de faire briller les corps, tant par les bijoux et la scarification que par les rituels.

Ouvrant peu à peu sur l’histoire de la découverte par Alvaro de Mendana y Neira, de la colonisation anglaise, de l’invasion japonaise, la libération américaine et l’indépendance de 1978, l’exposition parvient à éviter tous les clichés des mélanésiens nus sur la plage à la Gauguin pour éclairer d’une lumière douce et précise une civilisation méconnue en France. Un parcours riche et magnifiquement mis en scène de manière à ce que l’éclat prime sur les peurs et les ombres.

 

Visuels : yael hirsch

Infos pratiques

Festival Petits et Grands
Espace B
Marie Boëda

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture