Expos

Le langage des lignes au Pavillon Carré de Baudoin

Le langage des lignes au Pavillon Carré de Baudoin

23 janvier 2020 | PAR La Rédaction

L’heure est à l’art contemporain au Pavillon Carré  de Baudoin qui présente du 24 janvier au 25 avril 2020 l’exposition Lignées. L’occasion de découvrir le talentueux travail de l’artiste français Romain Froquet. Un art aux tracés dynamiques et aux formes envoûtantes.

 

 

Par Hugo Bernard

C’est à l’initiative de l’association Art Azoï que ce projet d’exposition imposant à vu le jour. Après avoir laissé des artistes de rue décoré de leurs couleurs les vitrines du Ministère de la Culture en 2015 et la façade vitrée de la Maison de la Radio en 2016, voici qu’Art Azoï laisse carte blanche à Romain Froquet et son équipe pour investir les murs du Pavillon Carré de Baudoin. L’idée, comme souvent avec Elise Herszkowicz, directrice artistique de l’association, est de diffuser et de montrer la multiplicité des formes que peut prendre l’art urbain. En extérieur comme en intérieur, les acteurs de cette vaste discipline peuvent facilement s’approprier un lieu et s’en inspirer pour produire des oeuvres uniques mélangeant leurs pratiques aux contraintes de l’endroit. 

 

Des expositions à Houston, Moscou et Miami. Un mur à Wynwood, la Mecque du street art américain, à 38 ans Romain Froquet est un acteur prometteur presque iconique de l’art urbain français. Audacieux, travailleur et toujours en quête de nouveaux défis afin de maintenir cette énergie qu’il déploie pour créer ses lignes colorés aux formes hypnotisantes, c’est spontanément qu’il a accepté de prendre possession de cet espace culturel emblématique du 20ème arrondissement parisien. En à peine deux semaines l’artiste fasciné par les puissantes peintures de Basquiat et par les oeuvres futuristes de Hans Hartung s’est approprié les lieux d’une manière spectaculaire. Un travail titanesque puisque toutes les oeuvres présentées dans l’exposition ont étés créées In Situ.

 

La ligne c’est mon langage, un alphabet que j’ai mis du temps à manier à force de travail et de répétitions”. 

 

À travers son travail constitué de formes pures et dynamiques, Romain Froquet matérialise à sa manière les connexions que les lignes créent en reliant un point à un autre. Il s’inspire des racines, des branches et de la nature où tout est interconnecté. Puis il y a ces tracés de béton que sont les chemins, les routes et les rues, assemblant des êtres humains sans cesse en mouvement. Car si les lignes créent des liens, elles permettent aussi les va-et-vients des uns et des autres qui marchent, courent et roulent, se déplaçant d’un bout à l’autre de tracés plus ou moins définis. Ainsi au fil de l’exposition apparaissent ces installations lumineuses en métal et en PVC qui imitent les impressionnants nœuds d’autoroutes construits aux quatre coins du monde. Se dressent également d’étourdissantes structures où s’entrelacent des branches et des câbles en plastique formant des tourbillons de lignes. Chaque oeuvre s’impose majestueusement dans son espace. Clou du spectacle, ces somptueux tracés bleus qui virevoltent du sol au plafond dans une grande salle aux murs blancs. L’artiste incite les visiteurs à enlever leurs chaussures pour marcher sur les toiles desquelles jaillissent de superbes lignes en mouvement. L’immersion est totale et instantanée dans ce lieu aérien, quasi irréel.

Informations pratiques ici

 

Visuel :  ©Priscille Wordcom

Brigitte Seth et Roser Montlló Guberna déploient des poncifs terre à terre à Chaillot
Double-exposition inédite : la Casa de Velázquez à Paris (Interview avec Fabienne Aguado)
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *