Expos

L’art de la neige dans l’estampe japonaise

16 juillet 2020 | PAR Laetitia Larralde

Cet été, le musée Guimet nous propose de partir à la découverte du mont Fuji et de la représentation de la neige dans l’estampe japonaise. Un parcours à la fois historique et thématique qui célèbre cet art et ses maîtres.

Pour sa réouverture et tandis que son hall d’entrée est en rénovation, le musée Guimet a réorganisé sa programmation. L’exposition Marc Riboud est repoussée à l’automne et laisse donc les grandes salles du rez-de-jardin disponibles pour présenter cette nouvelle exposition d’estampes dans un espace permettant la distance physique.

Ce sont donc 70 estampes et quelques photos et objets d’art qui sont réunis ici pour rendre hommage au mont Fuji. Inscrit en 2013 sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco en tant que « lieu sacré et source d’inspiration artistique », le mont Fuji est probablement l’un des archétypes les plus forts représentant le Japon. Ce cône parfait qui trône seul au milieu du paysage et se voit de nombreux endroits du pays, habité par des Kami (divinités du shintoïsme) et sanctifié par le bouddhisme, est une source d’inspiration inépuisable pour les artistes.

La parfaite géométrie du mont Fuji

Les maîtres tels que Hokusai et Hiroshige sont bien entendu présents, ayant représenté le mont Fuji, comme sujet ou élément du décor, dans bon nombre de leurs œuvres. Hokusai lui a consacré deux séries d’estampes, transformant parfois son sujet en prétexte pour représenter les variations climatiques, les saisons, ou les couleurs. On retrouvera d’ailleurs cette démarche du travail en séries dans l’œuvre des impressionnistes une trentaine d’années plus tard, influencés par la vague du japonisme. Élément central du paysage japonais, le mont Fuji se retrouve fréquemment en arrière-plan des estampes, comme celles figurant la route du Tokaido, ou encore en motif décoratif dans les intérieurs, comme chez Utamaro ou Eisen Keisai.

La géométrie du mont Fuji entraîne une certaine rigueur dans la composition des images. Il structure autant le paysage que la page, et apporte une modernité certaine aux estampes. La photographie naissante va reprendre ces compositions, mais avec des limitations techniques qui poussèrent à retoucher à la peinture les images du mont Fuji, disparaissant dans la surexposition. Avec l’arrivée des étrangers au Japon, les arrière-plans représentant la montagne devinrent de plus en plus populaires dans les studios, et les photos de jeunes filles devant le Fuji finirent par devenir une image iconique – et un peu kitsch – du Japon.

Représenter la neige

Le pèlerinage du mont Fuji, réservé aux hommes jusqu’au milieu du XIXème siècle, est particulièrement difficile hors des mois d’été. La neige est la principale problématique, surtout au sommet, et elle est vite devenue un symbole de parcours spirituel et initiatique que l’on retrouve fréquemment dans les estampes. Mais représenter la neige est un défi, tout autant qu’un paradoxe pour un art qui n’a eu de cesse que de multiplier le nombre de couleurs tout du long de son histoire. Les artistes ont donc développé l’art du blanc « en réserve ». Et pour garder ce blanc immaculé du papier, la plus grande des précisions est nécessaire dans le calage des différentes plaques d’impression.

Le papier reste donc vierge, et la neige est une absence de couleur. Ce thème, très souvent abordé, est l’occasion d’étendre le propos de l’exposition de la période Edo jusqu’au milieu du XXème siècle avec le shin-hanga, la nouvelle estampe. On constate la filiation entre les artistes des différentes époques, mais également leur extraordinaire maîtrise technique. Les estampes de Kiyochika brouillent la limite entre aquarelle et impression, de même que Toshikata utilise des effets de flou et d’estompe très techniques pour une impression de profondeur inédite.

Mais le maître du shin-hanga est sans aucun doute Kawase Hasui. Ses quatre estampes qui clôturent l’exposition sont à couper le souffle. Celui qui obtint le statut de « trésor national vivant » grâce à son estampe Neige sur le temple Zojoji a fait de la neige sont sujet de prédilection. Doux flocons, tempête ou épais manteau de neige, ses œuvres parlent à la fois du Japon moderne et de nostalgie. Hasui synthétise dans ses estampes plusieurs siècles de technique d’impression et de composition tout en parlant de son époque. L’essence même de l’art et de l’artisanat japonais.

Pour compléter votre visite, ne manquez pas la carte blanche accordée à l’artiste chinois Ru Xiao Fan qui peuple la rotonde de ses personnages à têtes de fleurs en porcelaine.

Fuji, pays de neige
Du 15 juillet au 12 octobre 2020
Musée national des arts asiatiques – Guimet – Paris

Visuels : 1- affiche de l’exposition / 2- Le pont Taiko et la colline Yuhi à Meguro – Série des Cent vues célèbres d’Edo, UTAGAWA Hiroshige (1797-1858), Ère d’Edo, 1857 – Estampe nishiki-e – MNAAG, legs Isaac de Camondo, 1911, EO1842© RMN-Grand Palais (MNAAG, Paris) – Harry Bréjat / 3- Vent frais par matin clair, dit « Fuji bleu » – Série des Trente-six vues du mont Fuji – Impression originelle, en bleu, de la vue dite « Fuji rouge », KATSUSHIKA Hokusai (1760-1849), Ère d’Edo, 1831 – Xylogravure monochrome en bleu (aizuri-e) – MNAAG, achat 2003, MA8149 © RMN-Grand Palais (MNAAG, Paris) – Thierry Ollivier / 4- Femme de dos dans un paysage de neige, KOBAYASHI Kiyochika (1847-1915) Ère Meiji, 1913-1915 – Estampe nishiki-e à lignes kosenga – MNAAG, achat 2018, MA12973 © RMN-Grand Palais (MNAAG, Paris) – Thierry Ollivier / 5- Soir de neige à Terajima, KAWASE Hasui (1883-1957) – Ère Taisho, 1920 – Estampe nishiki-e – MNAAG, achat 2020 © MNAAG, Paris

Etienne A. pour le ParisOFFestival: une fourmi dans un entrepôt Amazon
Le 32 Cabaret de curiosités, au coeur de l’été un grand spectacle à ne pas louper.
Laetitia Larralde
Architecte d'intérieur de formation, auteure de bande dessinée (Tambour battant, le Cri du Magouillat...)et fan absolue du Japon. Certains disent qu'un jour, je resterai là-bas... J'écris sur la bande dessinée, les expositions, et tout ce qui a trait au Japon. www.instagram.com/laetitiaillustration/

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *