Expos
L’Amazone érogène de Prune Nourry traverse royalement le bon marché

L’Amazone érogène de Prune Nourry traverse royalement le bon marché

28 janvier 2021 | PAR Yaël Hirsch

Cela fait six ans que le Grand Magasin du Carrefour Sèvres-Babylone offre une Carte Blanche à des artistes contemporains. En plus d’être féministe et sculpturale, en  temps de fermeture de tous les musées cette proposition de Prune Nourry en galerie marchande est doublement précieuse… Un point de ralliement à voir jusqu’au 21 février. 

L’Amazone Érogène

Artiste Française née en 1985, formée à l’école Boulle, représentée à Paris par la Galerie Templon et vivant à New-York, Prune Nourry est déjà un grand nom de la scène des plasticiens contemporains. Alors qu’on lui annonce un cancer à 31 ans, elle documente cette foudre dans Serendipity en 2016. Parfaitement suspendue et déployée dans l’atrium mythique du Bon Marché, « L’Amazone érogène » laisse voir deux seins doublement alvéolés comme des cibles de peau. Ce n’est qu’en prenant l’Escalator pour se diriger vers les soldes qu’apparaît une nuée de flèches blanches, droites, sexuelles et en même temps d’une légèreté et d’une pureté graphique et ambiguë. L’effet visuel est d’une beauté très sensuelle. Et voir monter et descendre des clients masqués dans ce buisson de plumes a quelque chose de voluptueux.

(Bonne) Oeuvre

Les 888 flèches de l’installation sont d’ailleurs à la vente sur le site de Prune Nourry pour la cause des femmes : les bénéfices permettront d’offrir aux femmes qui ont été diagnostiquées porteuses de cancer de recevoir le livre à venir de l’artiste « Aux Amazones ». Une autre oeuvre qui se veut source de combativité et d’inspiration. 

Une expo visible en temps de covid19

Si vous entrez par la bonne porte, montrez votre sac et vous passez du gel hydraulique sur les mains vous pouvez donc accéder en tant que public à cette exposition. Non seulement il y a de la lumière, il fait chaud  mais des visites guidées sont prévues les 30 janvier, 6, 14 et 21 février à 12h et 15h15 pour la somme de 15 euros. 

visuel (c) YH

 

 

Yës, la danse orchestre de Fouad Boussouf impose son rythme
Génération Identitaire risque enfin la dissolution
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture