Expos

L’Agenda des vernissages de la semaine du 8 février

L’Agenda des vernissages de la semaine du 8 février

08 février 2018 | PAR Lili Nyssen

Les galeries ne sont pas en rade de poésie, d’obsessions et de réflexions. Art pictural, sculpture, photographie… Abstraction, réflexion, philosophie… L’agenda des vernissages vous propose sa sélection de la semaine. Un joli petit échantillon d’artistes. 

Du Dimanche 11 février 2018 au Jeudi 31 mai 2018 : « Für Andrea Emo », Anselm Kiefer, Galerie Thaddaeus Ropac, Pantin 

Après la rétrospective qui lui a été consacrée en 2016 au Centre Pompidou, la Galerie Thaddaeus Ropac présente une nouvelle collection d’œuvres d‘Anselm Kiefer. Vingt tableaux et trois sculptures seront exposées à partir de Dimanche, autour du thème de la sédimentation du souvenir. La collection se fait écho, les œuvres se répondent dans la connexion spirituelle. Kiefer s’attache au thème de la régénération, qui se matérialise dans son geste. Il détruit et fait revivre, en faisant couler du plomb sur ses toiles originales. L’exposition est dédiée au philosophe nihiliste Andrea Emo, dont les réflexions ont inspiré le travail de l’artiste.

Du Samedi 10 février 2018 au Samedi 7 avril 2018 : « La fin du contretemps », Dominique Biais, Galerie Xippas, Paris

La poésie de Dominique Biais se situe dans l’entrelacs de deux entités diamétralement opposées dans les consciences : la magie et la science. Mais n’est-ce pas dans la science que peuvent naître les fantasmes les plus oniriques ? L’artiste s’interroge dans ses oeuvres autour de concepts à la fois phénoménologiques matérialisables, tels que le son, le mouvement et la lumière, et révèle au cœur des perceptions des rêves poétiques et obsessions philosophiques. Le temps, le mouvement, le cercle, sont au cœur de l’expression plastique.

Du Vendredi 16 février au Samedi 7 avril 2018 : « Motoworks 3/Prototype », Ray Sander, MFC Michèle Didier, Paris

La galerie parisienne exposera à partir du 16 février une collection d’oeuvre semi-abstraites liées à l’automobile.  En collaboration avec la galerie Franck Dumont de Los Angeles, qui elle répandra sur son sol plusieurs litres d’essence pour activer la pièce a smell of gazoline. Les pièces présentées à la MFC Michèle Didier compressent et figent mouvements et vitesse et tendent vers la restitution de l’atmosphère du garage, où Ray Sander a longtemps travaillé comme mécanicien.

Du Samedi 10 février 2018 au Samedi 10 mars 2018 : « Arborescence », Bertrand Gadenne, Galerie Bernard Jordan, Paris 

L’artiste plasticien et photographe Bertrand Gadenne expose à la Galerie Bernard Jordan une collection de photographie autour du végétal et de l’animal. L’arborescence, c’est l’entremêlement dionysiaque des branches, c’est la ramification, et c’est aussi la monstration du bestial à l’état pur.

Du Samedi 10 février 2018 au Samedi 31 mars 2018 : « Ladi Rogeurs », Loris Gréaud, Max Hetzler, Paris 

L’exposition de Loris Gréaud a pour thématique fondamentale l’esquisse, le dessin qui fige les traits d’un tableau, ou le début de la structure d’un texte. L’esquisse oscille entre le fini et le suspendu, entre l’évanescence d’une idée et sa mise en mots ou en couleurs. Si pour Hegel, « c’est dans les mots que nous pensons [et sans mots, la pensée est trop obscure pour exister] », c’est à appliquer à toutes les formes d’expression.  Alors l’esquisse serait cet intermédiaire entre l’impensé et le formulé, entre les vagues et la ligne de l’horizon.

Visuel : Affiches commerciales

Jean-Luc Choplin devient le directeur du Théâtre Marigny
#Leplusimportant dévoile son projet pour le capital humain et publie son premier rapport sur les travailleurs des plateformes numériques
Lili Nyssen

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *