Expos
La première exposition sur Julie Manet ouvre ses portes à Paris

La première exposition sur Julie Manet ouvre ses portes à Paris

19 octobre 2021 | PAR Iseult Cahen Patron

Le musée Marmottan-Monet inaugure ce mardi 19 octobre la première exposition consacrée à « l’enfant de l’Impressionnisme » Julie Manet, fille unique de Berthe Morisot et nièce d’Édouard Manet.

C’est une première ! Le musée Marmottan-Monet consacre une exposition du 19 octobre 2021 au 20 mars 2022 à celle qui est prénommée « l’enfant de l’Impressionnisme », Julie Manet. Lumière sur cette vie singulière, partagée entre les arts et les mondanités.

De muse à mémoire vivante

Modèle dès son plus jeune âge pour sa mère mais aussi pour Renoir (L’enfant au chat, 1887), la discrète Julie Manet est une personnalité singulière de la lignée des Morisot-Manet. Elle incarne l’héritage du mouvement impressionnisme. Elle consacra sa vie à défendre le mouvement et la mémoire de ses aïeux artistes. Outre la présentation de Julie Manet et de ses proches, l’exposition du musée Marmottan-Monet met en évidence l’engagement de sa vie : celui de faire reconnaitre l’œuvre de sa mère et de son oncle.

De son plus jeune âge à ses legs

L’exposition « Julie Manet, la mémoire impressionniste » présente plus d’une centaine d’œuvres (peintures, sculptures, pastels, aquarelles, gravures) provenant des musées du monde entier et de collections particulières au sein d’un parcours en trois sections. Une première partie évoque son enfance et son adolescence et présente le cercle familial et amical fait  de personnalités renommées (Mallarmé, Paul Valéry, Renoir, Degas). La seconde met l’accent sur la collection qu’elle et son mari, Ernest Rouart, ont constituée au fil des rencontres et des années. Enfin, la dernière section est consacrée aux legs, dons et contributions de Julie Manet en faveur des musées français.

Dans l’intimité d’une famille d’artistes

Des photographies d’époque, disposées près des tableaux, jalonnent le parcours. Elles permettent de plonger dans l’intimité de cette famille puissante et privilégiée au tournant du XIXe et du XXe siècle. Autre choix scénographique appréciable : quelques esquisses préparatoires sont disposées à proximité des toiles achevées. Le public peut également admirer des copies réalisées par Julie Manet et ses cousines, exhortées par Renoir et Degas à recopier les grands maîtres au Louvre. 

Visuel 1 : Berthe Morisot, Julie rêveuse, 1894, Huile sur toile, 65 x 54 cm, Collection particulière © Christian Baraja SLB

Visuels 2 : Vues d’exposition © Iseult Cahen-Patron

Visuel 3 : Pierre Auguste Renoir, Julie Manet ou L’Enfant au chat, 1887. Huile sur toile, 65 x 54 cm. Paris, musée d’Orsay. Accepté par l’État à titre de dation en paiement des droits de succession, 1999 © RMN-Grand Palais (musée d’Orsay) / Stéphane Maréchalle © Christian Baraja SLB

Visuels titre : Ernest Rouart, Julie Manet écrivant, Huile sur toile, 116,7 x 89,2 cm, Collection particulière © Christian Baraja SLB

Les mémoires féministes de Wen Hui au Festival d’Automne
Lily Reynaud-Dewar lauréate du prix Marcel Duchamp 2021
Iseult Cahen Patron

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture