Expos

Keith Tyson et Claude Monet, un surprenant dialogue

Keith Tyson et Claude Monet, un surprenant dialogue

24 octobre 2019 | PAR Laetitia Larralde

A l’occasion des 85 ans de son ouverture au public, le musée Marmottan Monet se tourne vers l’art contemporain avec ses Dialogues inattendus.

Après la première invitation lancée à Gérard Fromanger, c’est au tour du britannique Keith Tyson de relever le défi. Les artistes sont invités à réagir à la collection du musée, provoquant ainsi la création, pour que le passé inspire le présent et le présent permette un regard nouveau sur le passé.

Keith Tyson a choisi deux tableaux de Monet, très différents. D’un côté le calme et bucolique Bras de seine près de Giverny, représentant un arbre au-dessus de la Seine dans la brume matinale, et de l’autre Le Pont de l’Europe, gare Saint-Lazare, tableau bouillonnant autour de la ville et de l’industrie ferroviaire.

Quatre tableaux sont nés de cette confrontation avec Monet, présentés tout l’hiver dans l’une des salles de la collection permanente. Il n’est pas question de peindre comme Monet, mais que l’artiste confronte sa pratique à celle des maîtres impressionnistes. Ce que Keith Tyson en retient, c’est la relation profonde au passage du temps de Monet et de son œuvre. Cette relation était multiple : étude d’une même scène à différents moments de la journée ou de l’année, étude de l’évolution de la lumière, et l’habitude de Monet de peindre sur plusieurs toiles simultanément sur une même journée selon l’heure et la lumière.

Keith Tyson adapte donc cette idée de Monet à notre époque actuelle. Sa toile London (at the horizon between day and night) est la compilation peinte sur une seule toile de photographies prises à différents moments de la journée d’un même point de vue, créant un temps élastique, une toile qu’on peut voir comme une scène de nuit ou un embrasement de lever de soleil, ou un condensé de tous les temps regardé à un instant T.
Sussex Downs (the four seasons) reprend ce même principe mais l’étend sur une année. Keith Tyson peint sa maison à chacune des saisons, le temps se superposant et se juxtaposant pour un résultat impressionniste.

Quand l’impressionnisme se lit de façon contemporaine, on constate la profondeur et l’émotion des œuvres du XIXème siècle et à quel point leurs questionnements résonnent encore dans l’art d’aujourd’hui.

Tyson / Monet, une question de peinture – les dialogues inattendus
Du 22 octobre 2019 au 1er mars 2020
Musée Marmottan Monet, Paris

Visuel : ©Keith Tyson, 2019, Claude Monet, vers 1920

L’agenda des vernissages du 24 octobre 2019
Avec Barbara Cassin, c’est Gorgias et Parménide qui entrent à l’Académie
Laetitia Larralde
Architecte d'intérieur de formation, auteure de bande dessinée (Tambour battant, le Cri du Magouillat...)et fan absolue du Japon. Certains disent qu'un jour, je resterai là-bas... J'écris sur la bande dessinée, les expositions, et tout ce qui a trait au Japon. www.instagram.com/laetitiaillustration/

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *