Expos
JR s’installe au Panthéon jusqu’au 5 octobre 2014

JR s’installe au Panthéon jusqu’au 5 octobre 2014

04 juin 2014 | PAR Maïlys Celeux-Lanval

JR, le street artist spécialiste des portraits d’inconnus, a inauguré mardi 3 juin 2014 sa toute dernière installation… au Panthéon ! S’installant à l’extérieur, sur le dôme, et à l’intérieur, tout le long de la nef et dans la coupole, il offre à des dizaines d’inconnus photographiés dans toute la France la possibilité d’être, pour quelques mois, au plus près des grands hommes français sacralisés.

[rating=3]

Démagogique pour les Inrockuptibles ,  l’œuvre est l’exemple même du street art muséifié. Initialement sauvage, le street art est, chez JR, monumental et populaire. Il n’a pas de discours politique mais une volonté affichée d’offrir une place visuelle au peuple, aux inconnus. Alors, au Panthéon ou sur des favelas au Brésil, JR n’offre qu’une voix, qu’un discours, celui de l’amour. Du moins, en apparence.
De plus près, chacun des grands panneaux installés par JR est un montage de centaines de portraits individuels. On se rend alors très vite compte qu’il fait le portrait d’une société individualiste, où l’on fait des selfie, où l’on pose, où l’on fait des moues pour l’appareil. Il n’y a pas d’amour au sens solidaire du terme, il ne parle pas des sept milliards d’individus unis sur une même planète, mais de la beauté individuelle de chaque visage, aussi différents puissent-ils être les uns des autres.
Cette formule, qu’il emploie depuis plusieurs années, est très efficace esthétiquement : on aime ses yeux immenses collés sur des usines, ses visages de femmes sur plusieurs niveaux d’habitation… En faisant ce qu’il veut avec les échelles de taille, il rend les hommes aussi grands que leurs constructions et le paysage devient terrain de jeu.
Au Panthéon toutefois, plusieurs doutes. Déjà, dans la nef, on marche sur les visages en avançant dans l’œuvre, ce qui procure l’étrange sensation d’être irrespectueux envers les personnes protraiturées. Bon, en y réfléchissant, on se rappelle que dans de nombreuses églises, des tombes sont à même le sol, obligeant le visiteur à marcher dessus. Ce qui compte alors n’est pas le sol mais l’emplacement prestigieux où l’on se trouve. « Tout de même, le Panthéon ! » semblent répondre les visages qui restent souriant malgré nos pas sur leur nez.
Ensuite, le visuel : JR a choisi de ne pas mettre tous les visages à la même taille mais de les faire toujours plus petits à mesure qu’ils se rapprochent du centre (de la coupole et de la nef) ou du haut de l’installation (du dôme extérieur). Les visages les plus lointains s’effacent dans une fumée blanche un peu mystique – mais très ringarde et étrangement insignifiante… On reste dubitatif.
Malgré ces bémols, la chose est à voir, c’est certain : c’est bien trop spectaculaire pour être oublié ! D’ailleurs, on voit les visages sur le dôme depuis le 13ème arrondissement…
Jusqu’au 5 octobre 2014 pour l’intérieur, entre 4€50 et 7€50 l’entrée, ouvert tlj 10h-18h30.

Visuel :©RMN

Louis Vuitton s’entoure de Lagerfeld pour un second souffle
L’Express a lancé une pétition pour accorder l’asile politique à Edward Snowden
Maïlys Celeux-Lanval

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture