Expos

Japonismes 2018, les âmes en résonance

Japonismes 2018, les âmes en résonance

04 décembre 2017 | PAR Laetitia Larralde

En 2018 le Japon s’installe à Paris. Préparez-vous à découvrir, ou approfondir, la culture japonaise sous toutes ses formes.

On fêtera en 2018 l’anniversaire de plusieurs évènements : les 160 ans des relations diplomatiques entre la France et le japon, les 150 ans du début de l’ère Meiji qui vit la réouverture du Japon au monde, et les 150 ans de la naissance de Paul Claudel, « poète-ambassadeur » de la France au Japon qui posa des bases solides d’échanges culturels franco-japonais. C’est autour de ces dates fortes dans l’histoire des relations franco-japonaises que s’est développé Japonisme 2018, soutenu par les gouvernements français et japonais et de nombreuses institutions culturelles des deux pays. De juillet 2018 à février 2019 à Paris et en Île-de-France, mais aussi ponctuellement dans le reste de la France, un programme riche en évènements culturels mettra en lumière les nombreux points communs entre France et Japon, comme le goût de la gastronomie, une sensibilité pour les arts, un sens du raffinement et l’importance de la spiritualité et du bien-être.
Japonisme 2018 n’a pas seulement pour but de présenter la culture japonaise, mais d’établir une voie de communication à double sens entre France et Japon. Le sous-titre de l’évènement est «les âmes en résonance», afin de souligner la résonance entre les sensibilités japonaises et françaises déjà existante de façon très large dans le paysage culturel français, du manga à l’animation, en passant par l’architecture et la gastronomie, mais aussi d’entretenir cette influence mutuelle.

La programmation, qui viendra s’enrichir de projets d’un programme associé sélectionné sur candidature, se développe autour de quatre axes : l’art et les expositions, le spectacle vivant, l’audiovisuel et l’art de vivre. Pour inaugurer la saison des expositions, l’Hôtel Salomon de Rothschild proposera Fukami, plongée dans l’esthétique japonaise, un parcours proposant des clefs de compréhension de l’esthétique japonaise. Le Petit Palais exposera trente rouleaux de la collection impériale du peintre du XVIIIème siècle Itô Jakuchû, pour la première fois en Europe. De son côté, La Villette explorera la création contemporaine avec les installations immersives du collectif TeamLab.
La sélection de spectacles vivants nous emmènera dans la musique de cour du gagaku avec musiciens et danseurs de la troupe de l’Empereur pour la première fois en France à la Philharmonie de Paris. Chaillot accueillera deux spectacles de kabuki surdimensionnés. L’Espace Pierre Cardin présentera Sambasô, danse divine, une pièce dansée créée pour communiquer avec les dieux et regroupant sur scène trois générations d’une famille d’artistes du kyôgen. On pourra également voir des spectacles de marionnettes (bunraku), du nihon-buyô (mime et danse) ou encore des concerts de tambours japonais (taiko).
L’axe audiovisuel proposera une rétrospective de 100 ans de cinéma japonais à la cinémathèque française et à la Maison de la Culture du Japon, ainsi qu’un cycle Naomi Kawase au Centre Pompidou.
Et enfin le programme art de vivre mettra le grand feu d’artifice du parc de Saint Cloud aux couleurs du Japon et de ses artificiers, et offrira une semaine de culture zen, une initiation à la cérémonie du thé, la présentation de l’artisanat traditionnel, de l’ikebana et du judo.
Et ceci n’est qu’un aperçu de la cinquantaine d’évènements prévus.

En attendant de découvrir Japonisme 2018, la Maison de la Culture du Japon propose une exposition A l’aube du japonisme, et le Centre Pompidou Metz deux expositions autour de l’art contemporain japonais et de l’architecture japonaise (voir l’article ici). Espérons que cette programmation unique provoquera un engouement égal à celui du japonisme d’origine du XIXème siècle.

Visuels : 1-TeamLab : Au-delà des limites / 2- Itô Jakuchô, Coqs (un des trente rouleaux des Images du royaume coloré des êtres vivants) avant 1765, Musée des collections impériales (Sannomaru Shôzôkan), Tokyo / 3- Sambasô, Mansai Nomura ©Odawara Art Foundation

Le Brio d’Yvan Attal, la bonne surprise
Après la pluie de Sergi Belbel par Lilo Baur au Vieux Colombier
Laetitia Larralde
Architecte d'intérieur de formation, auteure de bande dessinée (Tambour battant, le Cri du Magouillat...)et fan absolue du Japon. Certains disent qu'un jour, je resterai là-bas... J'écris sur la bande dessinée, les expositions, et tout ce qui a trait au Japon. www.instagram.com/laetitiaillustration/

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *