Expos

[Interview] Emilie Hallard : « je choisis le vide »

[Interview] Emilie Hallard : « je choisis le vide »

28 avril 2014 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Le 3 mai, le vide-dressing Violette Sauvage prendra ses quartiers dans le Carreau du Temple. Le lieu s’habillera également d’une parure culturelle et photographique, laissant le soin à Toute La Culture de présenter une exposition intitulée Pandore(s) et regroupant les clichés complémentaires (et aussi une installation en fer et en béton) de quelques-uns de ses artistes préférés.

 

 

Emilie Hallard est une photographe dont le travail est centré sur l’humain, ses émotions, sa diversité, ses travers, sa mise à nu et sa beauté. Elle a exposé dans de nombreuses expositions collectives et des festivals à l’international et en France. Elle est aussi la co-fondatrice du Paris Photobook Club et du PhotobookFest.

Qu’évoque pour vous le mythe de Pandore ?

Emilie HallardLe terreau de Freud.

Quel est l’objet dont vous vous départiriez pour rien au monde, pourquoi ?

E. H. : Mes lunettes, ou le comble du photographe aveugle.

Est-ce que la nature est vraiment morte ?

E. H. : Non, elle est sous respiration artificielle.

Préférez-vous le vide au plein ?

E. H. : Le plein me fait renvoi aux choses accumulées donc au passé. Le vide, c’est la feuille blanche, tout est à écrire, à faire. C’est l’avenir. Je choisis donc le vide ( mais j’ai le vertige ! ).

Plutôt noir et blanc ou couleur ?

E. H. : Couleur. Car l’on n’est jamais aussi nu qu’en couleur. Je fais référence à mon travail actuel des Corps Incorruptibles.

Pandore(s), une exposition présentée par Toute La Culture dans le cadre du vide-dressing Violette Sauvage le samedi 3 mai au Carreau du Temple (11h-21h).

Visuel : Série Corps Incorruptibles. © Emilie Hallard

Pandore(s), quand Toute La Culture expose au Carreau du Temple
Secousse dans le paysage médiatique : Patrick de Carolis mis en examen
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. amelie@toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *