Expos

[Interview] Emilie Hallard : « je choisis le vide »

[Interview] Emilie Hallard : « je choisis le vide »

28 avril 2014 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Le 3 mai, le vide-dressing Violette Sauvage prendra ses quartiers dans le Carreau du Temple. Le lieu s’habillera également d’une parure culturelle et photographique, laissant le soin à Toute La Culture de présenter une exposition intitulée Pandore(s) et regroupant les clichés complémentaires (et aussi une installation en fer et en béton) de quelques-uns de ses artistes préférés.

 

 

Emilie Hallard est une photographe dont le travail est centré sur l’humain, ses émotions, sa diversité, ses travers, sa mise à nu et sa beauté. Elle a exposé dans de nombreuses expositions collectives et des festivals à l’international et en France. Elle est aussi la co-fondatrice du Paris Photobook Club et du PhotobookFest.

Qu’évoque pour vous le mythe de Pandore ?

Emilie HallardLe terreau de Freud.

Quel est l’objet dont vous vous départiriez pour rien au monde, pourquoi ?

E. H. : Mes lunettes, ou le comble du photographe aveugle.

Est-ce que la nature est vraiment morte ?

E. H. : Non, elle est sous respiration artificielle.

Préférez-vous le vide au plein ?

E. H. : Le plein me fait renvoi aux choses accumulées donc au passé. Le vide, c’est la feuille blanche, tout est à écrire, à faire. C’est l’avenir. Je choisis donc le vide ( mais j’ai le vertige ! ).

Plutôt noir et blanc ou couleur ?

E. H. : Couleur. Car l’on n’est jamais aussi nu qu’en couleur. Je fais référence à mon travail actuel des Corps Incorruptibles.

Pandore(s), une exposition présentée par Toute La Culture dans le cadre du vide-dressing Violette Sauvage le samedi 3 mai au Carreau du Temple (11h-21h).

Visuel : Série Corps Incorruptibles. © Emilie Hallard

Infos pratiques

La Nacelle
La Panacée
Enora Le Goff

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *