Expos
Indomania et Corps de l’Inde, deux expositions au cœur du festival Europalia de Bruxelles

Indomania et Corps de l’Inde, deux expositions au cœur du festival Europalia de Bruxelles

13 novembre 2013 | PAR Yaël Hirsch

Du 4 octobre 2013 au 26 janvier 2014, la 24ème édition du festival Europalia se voue corps et âme à l’Inde. Au programme : un foisonnement de pièces de théâtre, de concerts, d’ateliers de yoga, de projections pour inviter petits et grands à un beau voyage. Au cœur de ces propositions, les deux-expositions fleuves des Bozar de Bruxelles donnent un panorama vertigineux d’un pays-continent.

[rating=4]

C’est une sculpture de Anish Kapoor et qui ressemble à un château de carte (en visite libre) qui ouvre le bal de l’obsession indienne au Bozar. Le Musée bruxellois est en effet rempli d’objets qui évoque ce pays, à travers deux expositions phares, qui sont les fers de lance de la saison indienne d’Europalia, jusqu’à la fin du mois de janvier.

europalia inde coprs de l'indeExploration des Corps de l’Inde
Répartie sur 1800 m² et rassemblant plus de 250 chefs-d’œuvre issus de plusieurs musées indiens, Le Corps de l’Inde propose de voyager de la mort à la renaissance, à travers des objets d’art et de culte traditionnels, de l’Antiquité à nos jours et venus des 4 coins de pays. En bon disciple en quête de sagesse, on commence donc par le néant, la mort, avant de voir, comment aussi bien pour les mortels que pour les divinités du grand véhicule, le corps et sa puissance est au cœur de la pensée. Que l’on soit dans la renaissance ou l’extase, la maternité ou l’ascétisme, la chair pointe vers les chemins d’une spiritualité aussi riche que complexe. Un tour magistral et dépaysant, à accomplir avec les renseignements précieux de l’audioguide.

Indomania : la vogue sans fin du voyage en Extrême-Orient
A peine moins étalée (1700 m²) sur 18 salles, Indomania. De Rembrandt aux Beatles, est une exposition qui parlera plus aux européens, puisqu’elle revient de manière chronologique sur les influences du pays célébré par Europalia sur l’Occident. Et les relations diplomatiques commencent très tôt, notamment avec la fameuse « route de la soie », et n’oublions pas que c’est en Inde que Christophe Colomb a commencé par « découvrir » avant d’amarrer aux Caraibes (15ème siècle). Tissus, épices, religion, la mode indienne imprègne très vite d’Europe et ne fait que croître avec l’ère coloniale et puis la recherche de spiritualité dans une 19ème siècle positiviste et désenchanté. Jusqu’à Hermann Hesse et aux Beatles, en passant par la Beat Generation et l’oeuvre de Marguerite Duras, on se rend compte à quel point la culture occidentale est allée puiser des inspirations aux sources indiennes…

Un magnifique voyage que la Cinematek adjacente au Bozar assortit d’une rétrospective des plus grands films indiens, jusqu’au 30 décembre, alors que le cinéma indien célèbre sont centenaire.

visuel : Surasundari (Patralekha) Chandela 10th (C)Indian Museum Kolkata Bandeep Singh

Infos pratiques

Roman Polanski raconte son enfance le 19 novembre dans le cadre de Kinopolska
Prix Pictet : les 11 finalistes
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *