Expos
Inauguration du Musée Auguste Comte

Inauguration du Musée Auguste Comte

23 janvier 2015 | PAR Olivia Leboyer

Chambre AC

Hier, étions-nous le 22 janvier ? Pour une soirée, au moins, nous étions le Moïse 227, selon la division du temps établie par le philosophe Auguste Comte. Dans son bel appartement du 10 rue Monsieur le Prince, une foule se pressait pour assister à l’inauguration du Musée, en présence du Maire du 6e arrondissement et de l’ambassadeur du Brésil !

Auguste Comte se serait-il senti à l’aise, au milieu d’un si grand nombre de personnes, lui qui pouvait se montrer assez misanthrope ? Oui, sans doute, car l’assemblée était composée d’amis, tous familiers de sa pensée. Un peu élitiste, Comte aurait été flatté de voir Régis Debray traverser son salon ! Parmi les invités « hommes d’esprit », on comptait également hier Pascal Bruckner, ou encore le mathématicien et philosophe Olivier Rey (Une question de taille, Stock, 2014), un habitué des lieux. Dans son discours inaugural, le Président de l’Association internationale « La Maison d’Auguste Comte », Jean-François Braunstein, professeur à Paris I, a souligné l’importance que Michel Houellebecq accorde à la pensée comtienne.

Salon AC

Car, décidément, Auguste Comte, ce drôle d’oiseau, est indémodable. Homme difficile, rétif aux étiquette, il était certes un peu fou, mais remarquablement intelligent. Philosophe des sciences, penseur social, inventeur d’une nouvelle religion, Comte n’a cessé de rappeler la nécessité d’une régénération de la société et d’un nouvel ordre. Avec l’idée qu’une société ne pouvait se passer de religion.

Etonnante, la religion de l’humanité créée par Auguste Comte entendait relier, en un même culte, les vivants et les morts. Les êtres passés, présents et à venir communiqueraient ainsi, outre-tombe. A la source de son inspiration, un amour romanesque et platonique pour la jeune et belle Clotilde de Vaux, emportée par la maladie.

Clotilde

Pour cette soirée d’inauguration, c’est le Brésil qui était à l’honneur. Le positivisme a eu dans ce pays un fort rayonnement, et c’est tout naturellement que l’ambassaseur du Brésil, José Mauricio Bustani, est venu rendre un hommage chaleureux et plein d’esprit à Auguste Comte. Des Brésiliens avaient fait le voyage tout spécialement pour cette occasion.

Parions qu’hier soir, ces morts illustres étaient de la fête, tout comme les disciples de Comte qui avaient leurs habitudes au 10 rue Monsieur le Prince, où le philosophe donnait, de 1849 à 1851, des cours « en privé », après la perte de sa chaire.

Pour découvrir ces lieux toujours habités, voire hantés, nous vous recommandons vivement de contacter le responsable du Musée David Labreure, jeune homme cultivé et charmant qui se fera un plaisir de vous éclairer sur la pensée comtienne et ses mystères.

Informations pratiques : [email protected] et 01 43 26 08 56
Site du musée (très bien documenté) : www.augustecomte.org

photos©Olivia Leboyer

[La recette de Claude] Oeufs en gelée
[Critique] « Nymphomaniac » au théâtre ? « L’amour sera convulsif ou ne sera pas » de Jacky Katu à la Manufacture des Abbesses
Avatar photo
Olivia Leboyer
Docteure en sciences-politiques, titulaire d’un DEA de littérature à la Sorbonne  et enseignante à sciences-po Paris, Olivia écrit principalement sur le cinéma et sur la gastronomie. Elle est l'auteure de "Élite et libéralisme", paru en 2012 chez CNRS éditions.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture