Expos

Ikebana, art floral, une exposition de la Maison de la culture du Japon

Ikebana, art floral, une exposition de la Maison de la culture du Japon

01 février 2019 | PAR Bénédicte Gattère

Pour les amoureux des fleurs, sous toutes leurs formes, ce rendez-vous à la Maison de la culture du Japon est incontournable. L’exposition sur l’ikebana, littéralement, « fleurs vivantes » ne sera visible que quelques jours, au vu de la délicatesse des matériaux … on ne peut plus naturels ! Le caractère éphémère de ces œuvres déterminant la brièveté de la présentation, elle ne la rend que plus précieuse. 

Dans le hall, le spectateur est accueilli par une effervescence inhabituelle pour cette exposition d’arrangements floraux. Située au rez-de-chaussée et au niveau -3, elle rappelle les présentations d’ikebana traditionnelles où maîtres et élèves présentaient leurs travaux « de fin d’année », sans hiérarchie. Pour l’occasion, chacun se presse autour des compositions pour pouvoir les admirer au mieux. Une femme en costume traditionnel bavarde avec une connaissance ; plus loin, des spectateurs commentent tel ou tel arrangement, jugeant de sa qualité. D’aucuns posent devant leur composition préférée. L’atmosphère est joyeuse pour cette exposition « entrée libre » qui offre une belle animation à la Maison de la culture du Japon de Paris (MCJP). Ikebana, art floral fait partie des derniers événements de la programmation de la saison culturelle Japonismes 2018 : les âmes en résonancqui avait débuté en juillet dernier et se prolonge jusqu’en mars 2018. L’exposition sur le peintre Foujita, également présentée à la MCJP depuis le 16 janvier 2019 en fait également partie.

L’ikebana est un art ancien dont les origines remontent à plus de dix siècles ; d’abord pratiqué par les moines puis les nobles de cour, il a ensuite conquis un public plus large. C’est un art de patience, de soin et d’attention qui est aussi une voie d’épanouissement spirituel, un aspect particulièrement valorisé par l’école Ikenobo – car cet art en comporte cinq que l’on nomme « iemotos« , c’est ce que l’on apprend dans la suite de l’exposition. « La voie des fleurs », comme le k?d? ou « voie de l’odorat » et la cérémonie du thé fait partie des trois arts traditionnels japonais qui se rapportent à une attention des choses du quotidien et à s’attachent à les esthétiser à l’extrême. Si les premières compositions avaient pu annoncer subtilement au spectateur la fin de l’hiver avec la présence de jonquilles, au niveau -3 , il est saisi par la monumentalité de la dernière grande salle. Certains arrangements font plus de 5 mètres de haut et se présentent comme de véritables sculptures. Utilisant structures en bois en volutes, s’élevant dans les airs, certains se jouent de la gravité avec une aisance qui laisse bouche bée. Ici, dans cette dernière salle, ce ne sont que des « maîtres » en cet art, selon l’expression consacrée, qui sont exposés : trois hommes et deux femmes car ces dernières peuvent désormais accéder à ce statut. Véritables stars, connus même à l’international, ils ont chacun leur style, oscillant entre exubérance et sobriété. Certaines compositions, printanières, sont plus légères alors que d’autres sont très élaborées et sophistiquées ; parmi  les plus osées, on trouve des choux disposés ou bien encore des lianes, fruits et fleurs « exotiques », qui ne font pas partie des plantes indigènes du Japon, traditionnellement utilisées pour les compositions. Les vases, tous plus beaux les uns que les autres, que ce soient des bouts de bambous taillés comme autrefois ou complètement déconstruits, plus originaux ou modernes, requièrent tout particulièrement l’attention du visiteur, qui devient très rapidement un spectateur attentif de ce théâtre de la Nature miniature. 

 

Entrée libre pour le public à partir du 30 janvier 2019  jusqu’au vendredi 1er février inclus de 12h à 20h, le samedi 2 février de 12h à 18h.
Maison de la Culture du Japon
Grand hall au 3ème étage, 101 bis, Quai Branly, 75015 Paris.
Métro : ligne 6, station Bir Hakeim.

Samedi  2 février : Colloque animé par les Iemotos et les responsables des écoles d’ikebana participant à l’exposition.
À la MCJP de 15h à 17h dans la petite salle du rez de chaussée.
Entrée libre sur réservation uniquement.
Les réservations se font au tél : 01 44 37 95 01 ou 01 44 37 95 00 ou sur le site internet de la MCJP.

Visuel : © MCJP

Un coup de maître : le monde de l’art moqué dans une comédie rusée
24H au FIBD d’Angoulême 2019 … en dessins
Bénédicte Gattère
Étudiante en histoire de l'art et en études de genre, j'ai pu rencontrer l'équipe de Toute la culture à la faveur d'un stage. L'esprit d'ouverture et la transdisciplinarité revendiquée de la ligne éditoriale ont fait que depuis, j'ai continué à écrire avec joie et enthousiasme dans les domaines variés de la danse, de la performance, du théâtre (des arts vivants en général) et des arts visuels (expositions ...) aussi bien que dans celui de la musique classique (musique baroque en particulier), bref tout ce qui me passionne !

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *