Expos
Guide des expositions parisiennes du premier semestre 2014

Guide des expositions parisiennes du premier semestre 2014

23 décembre 2013 | PAR Hugo Saadi

Les grandes institutions culturelles parisiennes nous réservent une année 2014 encore riche en découvertes artistiques et grandes rétrospectives. Toute la Culture vous éclaire et vous guide dans les expositions du premier semestre 2014.

rmapplethorpedownload_4343Grand Palais

Bill Viola à partir du 5 mars au 28 juillet 2014. Cet artiste est sans conteste le plus célèbre représentant de l’art vidéo. Le Grand Palais présentera pour la première fois un large corpus de son œuvre allant de 1975 à aujourd’hui. On y retrouvera des tableaux en mouvement ainsi que des installations monumentales.

Moi, Auguste, empereur de Rome, du 19 mars au 13 juillet 2014. Le Grand Palais fait revivre les grandes heures de l’empereur Auguste, omniprésent à Rome à cette époque, ainsi que l’effervescence artistique de son œuvre pour commémorer le bimillénaire de sa mort. Une sélection de statues, reliefs sculptés, fresques, pièces de mobilier ou d’argenterie seront exposés. Ce sera également l’occasion de découvrir une reconstitution d’une villa des pentes du Vésuve ou bien de tombes découvertes en Gaule qui révèlent les transformations du cadre de vie des Romains.

Robert Mapplethorpe, du 26 mars au 14 juillet 2014. Cet artiste est l’un des plus grands maîtres de la photographie d’art. Travaillant avec un noir & blanc extrêmement stylisé, Robert Mapplethorpe réalise portraits, nus et natures mortes. L’exposition présentera la dimension classique du travail de l’artiste et sa recherche de la perfection artistique, à travers plus de 200 photographies. Célèbre notamment grâce à sa puissance érotique, l’exposition couvrira toute sa carrière, du début des années 1970 à sa mort précoce en 1989.

Enfin, on termine avec Monumenta 2014 : Ilya et Emilia Kabakov, du 10 mai au 22 juin 2014. Monumenta invite chaque année un artiste contemporain de renommée internationale à investir les 13 500 mètres carrés de la Nef du Grand Palais avec une œuvre spécialement conçue pour l’occasion. Cette année ce sera au tour de Ilya et Emilia Kabakov de nous faire voyager avec une installation spectaculaire et mystérieuse : un parcours initiatique et une réflexion sur la condition humaine.

tmp_ccf8a5f9b1221ec3936855ad327cef0eMusée d’Orsay :

Gustave Doré (1832 – 1883) : L’imaginaire au pouvoir, du 18 février au 11 mai 2014. Sans doute l’un des plus prodigieux artistes du XIXe siècle, Gustave Doré entamait à l’âge de 15 ans une carrière de caricaturiste puis d’illustrateur professionnel avant d’embrasser tous les domaines de la création. Le musée d’Orsay présentera tout le talent de Doré à travers des sculptures baroques, monumentales ou encore des gravures, des illustrations, des tableaux gigantesques ainsi que des aquarelles flamboyantes. Cette première rétrospective depuis 30 ans souhaite explorer la place cruciale qu’il occupe dans l’imaginaire contemporain, de Van Gogh à Terry Gilliam.

Vincent van Gogh / Antonin Artaud : le suicidé de la société, du 11 mars au 15 juin 2014. En s’appuyant sur les catégories ou les désignations singulières mises en avant par Artaud dans Van Gogh, le suicidé de la société, le parcours de l’exposition se déroule à travers une trentaine de tableaux, un choix de dessins et de lettres de Van Gogh ainsi qu’une sélection d’œuvres graphiques du poète-dessinateur.

Jean-Baptiste Carpeaux (1827-1875), du 24 juin au 30 septembre 2014. Pour cette première rétrospective depuis 1975, le musée d’Orsay se propose d’explorer l’œuvre contrastée d’une figure majeure de la sculpture française de la seconde moitié du XIXe siècle. Jean-Baptiste Carpeaux tranchait vivement dans le milieu artistique de son temps et constituait également l’une des plus parfaites incarnations de l’idée romantique de l’artiste maudit.

5482-5802Centre Pompidou :

Henri Cartier-Bresson, du 12 février au 9 juin 2014. Dix ans après la disparition du photographe, le Centre Pompidou consacre la première grande rétrospective européenne de cette figure emblématique de l’art moderne. Le spectateur pourra y découvrir plus de 350 tirages, films, documents et archives à travers une exposition qui proposera une relecture des grands événements du XXe siècle : du surréalisme à la Guerre froide en passant pat la Seconde Guerre Mondiale ou encore la décolonisation. Le Centre Pompidou mettra en lumière des aspects moins connus de son œuvre mais présentera bien entendu ses chefs-d’œuvre.

Martial Raysse, du 14 mai au 22 septembre 2014. Cette rétrospective rassemblera plus de 200 œuvres (sculptures, films, dessins, peintures) de la carrière de Martial Raysse, artiste français de renommée internationale. Elle réunira les œuvres emblématiques de la période pop et retracera l’itinéraire de cet artiste visionnaire, inventeur de formes et de techniques innovantes.

Bernard Tschumi, du 30 avril au 28 juillet 2014. Le Centre Pompidou présente la première grande rétrospective de l’architecte en France, réunissant près de 300 œuvres originales dont une grande partie d’inédits. Cet architecte théoricien explore le processus de transformation d’une idée ou d’un concept en un projet d’architecture. Les visiteurs seront amenés à découvrir les bâtiments de l’architecte ainsi que les dessins, maquettes, croquis et collages originaux qui président à leur conception.

Adams_04Jeu de Paume :

Robert Adams, l’endroit où nous vivons, du 11 février au 18 mai 2014. Ce photographe né en 1937 montre dans son travail la façon dont les paysages grandioses de l’Ouest américain ont été transformés par l’activité humaine. Cette exposition présentera les projets majeurs du photographe, depuis ses premières images sur les monuments érigés par les anciens occupants de son Colorado natal jusqu’aux toutes dernières vues de forêts et d’oiseaux. Le musée du Jeu de Paume s’est concerté avec le photographe américain pour mettre sur place une exposition qui offre un récit intime et cohérent de l’évolution de l’Ouest des États-Unis, mais aussi un regard stimulant sur la complexité et les contradictions de notre société contemporaine mondialisée.

Óscar Muñoz, photographies, du 3 juin au 21 septembre 2014. L’exposition Photographies présentera l’essentiel des séries du photographe colombien considéré comme l’un des artistes contemporains les plus importants de son pays natal. Présentée autour de thématiques majeures de l’artiste, l’exposition témoignera d’une carrière de près de 40 ans. Cet artiste crée dans la majeure partie de son travail, des images éphémères qui, en disparaissant, invitent le spectateur à une expérience à la fois sensuelle et rationnelle.

Musée Maillol :

Le Trésor de Naples, les joyaux de San Gennaro, du 19 mars au 20 juillet 2014. Pour la première fois en dehors d’Italie, le trésor de San Gennaro sera présenté dans une exposition. Ce trésor est une des plus grandes collections de joaillerie du monde, comparable aux Joyaux de la couronne de France ou d’Angleterre, mais qui appartient au peuple, aux Napolitains eux-mêmes. L’exposition montrera les plus importants chefs-d’œuvre du Trésor, réalisés et accumulés au cours des siècles, comme le collier de San Gennaro, la mitre du saint ou encore 15 bustes colossaux.

DavidLynchParRichardDumas1-tt-width-836-height-550-attachment_id-3507-fill-1-bgcolor-000000Maison Européenne de la photographie :

David Lynch, Small Stories, du 15 janvier au 16 mars 2014. Le cinéaste David Lynch est également un artiste plasticien, designer et musicien. Pour cette exposition, la Maison européenne de la Photographie lui a donné carte blanche ; le cinéaste a alors imaginé Small Stories. L’exposition présentera donc de petites histoires autour d’une quarantaine de ses photographies en noir et blanc, créées spécialement pour l’occasion. On retrouvera les motifs récurrents de l’univers de David Lynch des images oniriques, troublantes ou encore habitées.

Joan Fontcuberta, Camouflages, du 15 janvier au 16 mars 2014. Cet artiste catalan qui a connu la dictature franquiste pendant sa jeunesse questionne dans son travail toutes les formes de prétendues vérités. Son œuvre s’appuie sur les possibilités offertes par l’image et ses capacités de manipulation. L’exposition développera alors de manière critique les discours d’autorité que sont ceux de la science, de la religion, de l’art ou encore du journalisme et de la politique. Neuf séries seront présentées ainsi qu’une dixième : Camouflages, une série de portraits inspirés des chefs-d’œuvre de la peinture.

Musée du Luxembourg :

Joséphine, du 12 mars au 29 juin 2014. À l’occasion du bicentenaire de sa mort, l’exposition rassemblera souvenirs personnels et œuvres majeures provenant des prestigieuses collections d’art de l’impératrice Joséphine. Le musée du Luxembourg restituera avec cette exposition l’image d’une femme moderne, passionnée par les voyages, la musique et les jardins, et qui incarne encore aujourd’hui un destin hors du commun.

Musée Jacquemart-André :

De Watteau à Fragonard, les Fêtes galantes, du 14 mars au 21 juillet 2014. Le Musée Jacquemart-André présentera une grande exposition sur la peinture française du XVIIIe siècle et ses maîtres. Les visiteurs pourront découvrir une soixantaine d’œuvres, essentiellement des peintures provenant d’importantes collections. On y retrouvera des peintures d’Antoine Watteau, Nicolas Lancret, François Boucher ou encore Jean-Honoré Fragonard.

Musée Guimet :

Clemenceau, le Tigre et l’Asie, du 12 mars au 16 juin 2014. Cette exposition sera l’occasion pour le public de découvrir la collection personnelle de Georges Clemenceau à travers un voyage axé sur la découverte spirituelle, personnelle et politique d’un des plus grands hommes de l’histoire de France, de l’Inde et de l’Asie tout entière.

Bibliothèque nationale de France :

Été 2014 : les derniers jours de l’ancien monde, du 25 mars au 3 août 2014. Cette exposition a été réalisée dans le cadre de la Mission pour le centenaire de la Première Guerre mondiale 1914 – 2014. Elle s’organisera autour de la chronologie resserrée des événements du 23 juillet au 4 août et l’enchaînement des décisions diplomatiques, militaires et politiques qui aboutissent à la conflagration générale.

larssonLe Petit Palais :

Car Larsson, L’imagier de la Suède, du 7 mars au 7 juin 2014. Figure la plus familière de l’art suédois, cet artiste a connu de son vivant une gloire internationale comme illustrateur. Ses aquarelles dépeignant une vie domestique paisible sont restées dans l’imaginaire d’un bonheur révolu. L’exposition présentera des dessins et esquisses préparatoires d’une grande vivacité. Le Petit Palais présentera son travail pour la première fois en France.

Paris 1900, la ville spectacle, du 2 avril au 17 août 2014. Le Petit Palais a décidé d’explorer les manifestations d’une nouvelle culture des loisirs modernes que la ville célèbre avec éclat. Un accent particulier sera mis sur le spectacle, l’avènement du cinéma, la mode, les grands magasins, les salons et les expositions. Une exposition qui retracera tout ce qui a contribué à construire l’image de Paris comme la ville à la fois du luxe et des loisirs pour tous. On y retrouvera des objets d’arts, des costumes, des affiches, des photographies ainsi que des peintures.

Musée du Louvre :

Le ciel est par dessous le toit, dessins pour les plafonds parisiens du Grand Siècle, du 20 février au 19 mai 2014. À travers 80 dessins et estampes provenant du fonds du musée et de quelques collections parisiennes, l’exposition présentera les évolutions formelles des décors civils de la capitale au cours du siècle. Elle se penchera également sur les relations entre projets dessinés et répertoires gravés pour ensuite s’achever par l’évocation de quatre chantiers majeurs.

Masque anthropomorpheQuai Branly :

Bois sacré, du 4 mars au 18 mai 2014. En Afrique, le moment de l’initiation marque un passage obligatoire pour chaque individu. L’exposition du musée du Quai Branly portera sur les sociétés secrètes des forêts guinéennes : Libéria, Guinée, Côte d’Ivoire. Les visiteurs pourront y découvrir de nombreux masques, figurines, statuts et autres objets ainsi que les origines de cette cérémonie d’initiation.

Indiens des plaines, du 8 avril au 20 juillet 2014. Cette exposition rassemblera un ensemble de 140 objets et œuvres d’art reprenant dans leur continuité les traditions esthétiques du XVIe au XXe siècle. On y retrouvera des objets composites, des costumes et autres objets de cérémonies.

Tatoueurs, tatoués, du 6 mai au 18 octobre 2014. Cette exposition reviendra sur les sources du tatouage et présentera le renouveau de ce phénomène désormais permanent et mondialisé. Le tatouage a un rôle social, religieux et mystique dans les communautés africaines. L’exposition explorera l’histoire du tatouage et son ancrage anthropologique fort, et soulignera également le geste de l’artiste, les échanges entre tatoueurs du monde entier et l’émergence de styles syncrétiques.

Palais de Tokyo :

L’État du ciel – Saison 1, du 14 février au 7 septembre 2014. L’état du ciel, titre inspiré du Promontoire du songe de Victor Hugo, concerne le temps qu’il fait, un temps politique, un temps où voir est une manière d’agir. Le Palais de Tokyo propose une nouvelle forme d’exposition, où se côtoieront de multiples thèmes comme l’exploration des catastrophes de Tchernobyl et Fukushima par Angelika Markul ou encore les variations digitales d’Ed Atkins.

Visuels : © Fondation Robert Mapplethorpe / © RMN-Grand Palais (musée d’Orsay) / © Jean Schormans / © Henri Cartier-Bresson (Centre Pompidou) / © Robert Adams / © Richard Dumas / © National museum Stockholm / © musée du quai Branly, Claude Germain

Suzanne Vega en concert à Paris le 12 février
C’est moi qui l’ai fait ! We are knitters !
Hugo Saadi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *