Expos
« Graphisme contemporain » : l’exposition engagée de la BNF

« Graphisme contemporain » : l’exposition engagée de la BNF

24 septembre 2015 | PAR Araso

Sur son site François Mitterrand, la BNF propose actuellement une exposition rassemblant des créations de 27 graphistes travaillant en France de 2000 à aujourd’hui. Les champs abordés, de l’humanitaire au social en passant par les causes politiques sont fédérés autour d’un fil rouge : l’engagement. Une exposition incisive.

Comment ces artistes français engagés ont soutenu et continuent de soutenir des opinions, de rappeler des droits fondamentaux, de prêter leur créativité à ceux dont la voix est trop peu entendue, voire étouffée ? Comment ne pas être troublé par l’actualité travail de Pascal Colrat, datant de 2011, qui interpelle le visiteur d’un « Il n’ a pas d’étrangers, il n’ a que des gens que nous ne connaissons pas encore » ? Comment rester indifférent aux « Très précis de conjugaisons ordinaires » de David Poullard & Guillaume Rannou, qui conjuguent dans « Le Travail » le verbe cadre diriger à tous les temps, telle une prophétie auto-réalisatrice ? Comment rester indifférent à ces voix qui s’élèvent à l’unisson pour des droits fondamentaux, comme le droit des femmes, car oui, dans les années 2000, il faut encore le rappeler ?

En filigrane, la défense de l’utopie

L’exposition pose au travers d’une réflexion récurrente sur différents thèmes la question de la nécessité des utopies. Et Gérard Paris-Clavel de proclamer « Utopiste debout, Rêve générale », affiche sous-titrée de « Défense d’affliger », tel un commandement trop souvent oublié et qui transcende toute croyance et toute religion. En 2006, en guise de vœux de bonne année, Thierry Sarfis dans son « Atlas subjectif de l’expression » illustre la Russie un cadre vert reprenant les mots de Mikhaïl Saltykov-Chtchedrine « Sans utopie, aucune activité véritablement féconde n’est possible ». Plus loin, une affiche pour le Marc’Had Reizh, (« Marché équitable » en breton) de Nantes, réalisée par Jil Daniel en 2013, proclame « Pas d’avenir sans utopie ! » pour la défense d’un commerce et d’un artisanat de proximité. Les graphistes français, militants des utopies ? L’utopie est-elle nécessaire à la réalisation, à la fécondation d’idées qui nécessite un temps désormais disparu ? Ou bien permet-elle, telle un mirage, de rendre une réalité d’une violence toujours plus paradoxale et antinomique avec la marche du progrès juste supportable ? A ce titre, l’affiche conçue par Anne-Marie Latrémolière avec Les Graphistes Associés, d’abord parue sous forme de tract en 1995-1997 repris au format affiche dans le cadre de Graphisme dans la rue 2005 à Fontenay-sous-Bois, reprenant les mots du regretté Alain Jacquart, grand militant de l’évolution de la conscience collective, fait l’effet d’une douche froide à l’heure du tout capital et du tout immédiat : « J’ai peur d’une société qui est tellement axée sur la compétition, la concurrence… une société qui ose nous dire : « vous devez-être des gagnants ». Mais qu’est-ce que c’est qu’un gagnant sinon un fabricant de perdants. Je n’ai pas le droit de fabriquer des perdants… »

Car une chose est certaine : « Quand le dernier arbre aura été abattu, quand la dernière rivière aura été empoisonnée, quand le dernier poisson aura été péché alors on saura que l’argent ne se mange pas. » et il est une réalité inaltérable, celle de la finitude de l’existence. Et ce temps, celui qui nous reste encore, libre à nous de savoir ce que nous voulons en faire. Merci à ces graphistes de mettre leur créativité au service de ce questionnement fondamental et à la BNF de le mettre en exergue avec brio.

« Graphisme contemporain et engagement(s) », jusqu’au 22.11.2015 à la BNF, site François Mitterrand, allée Julien Cain.

Araso

Visuels : ©BNF

Infos pratiques

Grande Halle de La Villette
Cité de la mode et du design
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture