Expos
Friedler expose les âmes au Beffroi

Friedler expose les âmes au Beffroi

17 janvier 2020 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Tout à côté de la mairie du 1er arrondissement, en face du Louvre exactement, il y a un tout petit lieu, un Beffroi. A l’occasion de l’installation de Julien Friedler La forêt des Âmes, il est ouvert. On découvre entre les vitraux, un univers où le souffle de vie hurle.

On croise Julien Friedler devant son œuvre, ou plutôt sur le perron, comme un marié, le regard malicieux. Nous nous mettons à parler, et il nous raconte que ce que nous voyons est « une pièce emblématique d’une œuvre globale ». Ce que nous voyons ce sont 9 colonnes lumineuses surplombées de 9 masques africains illuminés et peints en argenté.  Les visages nous regardent dans ce lieu étroit qui sonne comme un mémorial. Le toxin n’est pas loin.

Et en réalité, on le sent vite, le projet est un mémorial. L’artiste accumule depuis 2006 les réponses à un questionnaire qui compte six questions  : Dieu existe-t-il ? Comment caractériser cette époque ? Comment voyez-vous l’avenir ? Êtes-vous heureux ? La sexualité est-elle importante ? Qui suis-je ? « Au bout de 5000 réponses,  je les met dans une colonne ». Le projet vient donc témoigner de la perception des femmes et des hommes sur leur époque.

Il s’agit pour lui, nous dit-il,  de « créer un espace de réflexion globale sur des questions fondamentales qu’on ne pose plus ». Et cette œuvre se construit jusqu’en 2086. L’ensemble de l’œuvre de Freidler se nomme le Boz et vise à « recueillir ces frémissements issus de l’inconscient des êtres ».

Au Beffroi, c’est à un petit bout de la forêt que nous accédons, dans une allégorie très franche à l’arbre biblique puis psychanalytique de l’arbre de la connaissance. Freidler cherche à comprendre et à entendre l’âme humaine, cela vaut bien de passer faire un tour dans ce lieu si rarement ouvert ! Entez, regardez, et vous aussi, répondez aux questions.  C’est une invitation à participer à une œuvre monumentale. Déjà 700000 questionnaires ont été remplis, et les colonnes qui les accueillent sont hautes de 8 mètres.

Du 17 au 30 janvier de 11H à 17h, le jeudi de 12H30 à 19H30 et le samedi de 10h à 12H30 au Beffroi de la Mairie du 1er Arrondissement, 4 place du Louvre, Paris, 1er.

Visuel : ©ABN

 

 

« Nickel » au Nouveau Théâtre de Montreuil : « Une résistance qui feint d’être une fête »
Sonia Leplat : « Quand on fait de la pratique amateur, on est souvent suspecté de ne pas faire de la qualité »
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *