Expos

« Forces de la Nature » à Sèvres, la rencontre inespérée entre art contemporain, céramique, et tapisserie

« Forces de la Nature » à Sèvres, la rencontre inespérée entre art contemporain, céramique, et tapisserie

25 septembre 2018 | PAR Antonin Gratien

En ce début d’année la Cité de la céramique de Sèvres accueille trois artistes norvégiens de renommée internationale pour l’exposition « Forces de la Nature » sous le commissariat de Christine Germain et Frédéric Bodet. Une ode plurielle aux métamorphoses infinies des éléments qui touche souvent au sublime.

Les arts du textile et de la céramique ont-ils leur place dans ce qu’il convient d’appeler « l’art contemporain » ? L’un des enjeux majeurs de l’exposition sera de prouver que oui. Qu’on se le dise tout de suite, c’est mission réussie. Dans Forces de la Nature, les techniques du tissage et du moulage ne sont jamais mises au service de créations purement « décoratives ». Ce que les œuvres donnent toutes à voir, ce sont des visions transfigurées de ce que Bergson appelait en son temps « l’élan vital », soit cette puissance toujours indéterminée et toujours innovante qui impulse l’évolution naturelle.

L’exposition se déroule sur plusieurs étages du bâtiment, et est globalement conçue comme une série de dialogues de deux à deux. Torbjørn Kvasbø, Marit Tingleff et Kari Dyrdal se connaissent de longue date. Tous trois exposent depuis longtemps en Europe et aux États-Unis, tous trois ont été formé à l’École de Bergen dans les années 70. Cependant, ils n’avaient jusque-là jamais eu l’occasion d’exposer ensemble.

Chacune des salles de l’exposition présente donc deux de ces trois artistes pour créer des échos entre matériaux, textures, et couleurs. Et c’est bien la dimension protéiforme des quelque 65 œuvres exposées qui fait toute la force évocatrice des Forces de la Nature.

Alors que Kari Dyrdal propose une série de tapisseries géantes réalisées grâce aux nouvelles technologies digitales, Marif Tingleff s’attache quant à elle à renouveler la tradition potière par des échelles architecturales inédites. Torbjørn Kvasbø enfin, sculpteur et plasticien, travaille des formes tubulaires monochromatiques dans un rendu très « organique » qui fait souvent penser au jeu des viscères et des boyaux.

Chacun d’eux, et en étroite collaboration, s’emploie à une recherche de l’élémentaire dans tout ce qu’il a de plus nerveux, de plus grandiose, et de plus inquiétant parfois. Les œuvres tantôt nous écrasent, tantôt nous enchantent. Il s’agit là d’une investigation magistrale, une enquête plurimodale et fascinante – tantôt très abstraite, tantôt référencée -, sur cet horizon indépassable qu’est la « vitalité » en tant que telle.

Autant dire que Forces de la Nature, au-delà de l’originalité des médiums mobilisés, laisse une forte impression. Avec cette exposition, la Cité de la céramique de Sèvres prouve décidément sa capacité à jongler entre programmation « classique » et évènements entièrement dédiés à l’art moderne.

Du 26 septembre 2018 au 1er avril 2019.

Visuels : © Kari Dyrdal, Marit Tingleff, Torbjørn Kvasbø

La Villa Médicis, la Villa Kujoyama et la Casa de Velázquez réunies à Marseille pour ¡ Viva Villa !
La carcasse de verre d’Antoine Brodin s’expose à la Galerie Collection
Antonin Gratien

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *