Expos
Filmer la guerre au Mémorial de la Shoah à Paris

Filmer la guerre au Mémorial de la Shoah à Paris

07 mars 2015 | PAR Christophe Dard

L’année 2015 marque les 70 ans de l’ouverture des camps par les Alliés, Soviétiques et Américains. Jusqu’au 27 septembre, le Mémorial de la Shoah à Paris s’intéresse à un sujet peu connu : les images des crimes de masse nazis à l’Est de l’Europe tournées par les opérateurs soviétiques.

 

L’ope?ratrice Ottilia Reizman a? Budapest (Hongrie) en 1944. © RGAKFD.
L’opératrice Ottilia Reizman à Budapest (Hongrie) en 1944. © RGAKFD

 

Dés 1941-1942, l’Armée rouge commence à découvrir les atrocités nazies dans l’Est de l’Europe envahie quelques mois plus tôt par les Allemands. Alors que le pouvoir soviétique connaît le sort des Juifs en zone occupée, des équipes d’opérateurs soviétiques sont envoyées sur le front. Jusqu’en 1946, de l’URSS à la Pologne, de Babi Yar à Maïdanek et Auschwitz, pas moins de 400 opérateurs captent les traces indélébiles des crimes de masse, les fosses, les preuves des exécutions et l’horreur des camps de concentration et d’extermination malgré la volonté des nazis d’effacer les traces de leurs massacres. C’est ce que l’on découvre dans l’exposition Filmer la guerre présentée au Mémorial de la Shoah jusqu’au 27 septembre. 76 extraits de films (90 minutes) ont été choisis. La plupart de ces précieuses archives viennent de Russie mais aussi de Kiev, de Varsovie ou de Riga.

 

Les ope?rateurs Rafai?l Guikov et Ilya Guttman apportent leurs bobines au studio de Moscou pour de?veloppement en 1943. © RGAKFD
Les opérateurs Rafaïl Guikov et Ilya Guttman apportent leurs bobines au studio de Moscou pour développement en 1943. © RGAKFD

 

Des films qui captent la Shoah sans rendre compte du projet génocidaire

Ces documents, tournés depuis les chars et dans les ruines puis envoyés, montés et contrôlés à Moscou, ont plusieurs objectifs. D’abord il s’agit de servir la propagande soviétique, exalter le patriotisme de l’armée et de la population pour les souder dans un même désir de vengeance. Plusieurs caméras sont utilisées afin d’avoir de nombreux angles.
L’autre objectif est de faire pression sur les Alliés pour ouvrir un deuxième front en Europe. D’ailleurs, La Défaite des envahisseurs allemands (février 1942), est adaptée pour les Etats-Unis. Moscow Strikes Back remporte l’Oscar du meilleur documentaire en 1942.
Enfin ces images sont les témoignages de la culpabilité des Allemands, dans la perspective de procès, d’abord contre l’armée allemande en 1943 (en URSS) puis contre le pouvoir nazi à Nuremberg (Le Tribunal des peuples en 1946).

 

Roman Karmen filme des survivants du camp de Maidanek en aou?t 1944. © RGAKFD
Roman Karmen filme des survivants du camp de Maidanek en août 1944. © RGAKFD

 

Mais dans ces films la judéité des disparus n’est pas mentionnée au nom de l’universalité des victimes de la barbarie nazie. La spécificité des Juifs n’a pas sa place dans la propagande de guerre soviétique. Les images de la libération des camps sont d’autre part très éloignées de la réalité.
Les chiffres sont également surévalués. L’Armée rouge évoque 4 millions de morts à Auschwitz alors qu’ils ont été plus vraisemblablement autour de 130 000.
Enfin la propagande à outrance finit par avoir ses limites. Le film Katyn en 1944 impute aux nazis le massacre d’officiers polonais alors que la responsabilité de la police politique soviétique est déjà largement reconnue. Ce discrédit sur les productions soviétiques s’accentue avec la guerre froide qui met en avant les productions américaines au détriment des films soviétiques.

 

Album Cliche?s des civils et soldats de l’Arme?e rouge tue?s, pendus et torture?s, 1943. © RGAKFD
Album Clichés des civils et soldats de l’Armée rouge tués, pendus et torturés, 1943. © RGAKFD

 

L’exposition du Mémorial de la Shoah montre très bien les films, les extraits de rushes, les albums de planches photographiques et compare les films américains et soviétiques. La plupart de ces images sont inédites. On découvre aussi le matériel utilisé par les Soviétiques dont une caméra 35 mm, la KS-4, qui se distingue par sa maniabilité et sa robustesse.
Attention toutefois. Certaines images sont difficiles.

Christophe Dard

 

INFORMATIONS PRATIQUES
Filmer la guerre Les soviétiques face à la Shoah (1941-1946)
Jusqu’au 27 septembre 2015
Mémorial de la Shoah
17, rue Geoffroy l’Asnier 75004 Paris
Ouvert tous les jours sauf le samedi de 10h à 18h et le jeudi jusqu’à 22 h
Entrée libre
www.memorialdelashoah.org
01 42 77 44 72

Visuel en une
Affiche de l’exposition

Dernier jour pour voir l’exposition collective Born And Die – Chantier{s} à la galerie Eric Mouchet à Paris
Qu’est-ce que le « Chap », manifeste!
Christophe Dard
Titulaire d’un Master 2 d’histoire contemporaine à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Christophe Dard présente les journaux, les flashs et la chronique "L'histoire des Juifs de France" dans la matinale (6h-9h) sur Radio J. Il est par ailleurs auteur pour l'émission de Franck Ferrand sur Radio Classique, auteur de podcasts pour Majelan et attaché de production à France Info. Christophe Dard collabore pour Toute la Culture depuis 2013.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture