Expos

FIAC 2017 : La Maison Guerlain propose un Parcours Privé « Et Dieu créa la femme »

FIAC 2017 : La Maison Guerlain propose un Parcours Privé « Et Dieu créa la femme »

13 octobre 2017 | PAR Yaël Hirsch

Pour la 11e année, dans le cadre de la FIAC 2017, la Maison Guerlain propose un Parcours Privé au cœur des flacons précieux et des miroirs luxueux de sa mythique adresse du 68, avenue des Champs-Elysées. Une exposition organisée avec les plus grandes galeries (Perrotin, Templon, Continua, Obadia, Ropac, Valois), le Centre National des Arts Plastiques et l’Institut d’Art Contemporain – Villeurbane pour un effet à la Vadim. « Et Dieu créa la femme » porte sur le devant de la scène des immenses artistes qui ont créé pour et en tant que femmes. A voir avant le 10 novembre 2017.
[rating=4]

C’est comme chaque année au coeur de la boutique que Guerlain occupe au milieu des Champs-Elysées depuis 1914 que « Et Dieu créa la femme » rend hommage aux créatrices d’aujourd’hui. Au milieu des flacons les plus précieux, de maquillage odorant et de miroirs qui réfléchissent nuit et jour la beauté, c’est à un véritable point de vue féminin sur le monde que nous sommes conviés. L’on retrouve de grands noms : les inclusions révoltées de Nikki de Saint Phalle, le primitivisme hanté de Marlène Dumas ou encore la réification désossée de Louise Bourgeois. Il y également trois magnifiques installations de Chiaru Shiota, Yayoi Kusama et Shilpa Ghupta. Car elles viennent du monde entier ces femmes que Dieu a créées et qui sont créatrices : en photographie, derrière la figure tutélaire de l’iranienne Shirin Neishat, l’on découvre la sud-africaine Billie Zangewa, la finlandaise Katharina Bosse, l’espagnole Pilar Albarracin qui féminise la corrida et l’œil de l’américaine Jane Evelyn Atwood sur Haiti. Enfin, côté dessin la colombienne Triny Prada est notre découverte la plus troublante avec ses inspirations symbolistes à la Aubrey Beardsley. Et comme le poète a toujours raison, quel que soit son genre, il y a un homme exposé dans « Et Dieu créa la femme » : Philippe Mayaux avec une oeuvre au titre évocateur « La femme est l’avenir de l’homme ». Un message fort pour une exposition qui tient toutes ses promesses.

Visuels : affiche / visite de l’exposition (c) YH

Infos pratiques

AGENDA DES SOIRÉES DU WEEK-END DU 13 OCTOBRE
« Tsentugi » : Jean-Paul Morel-Armstrong reconstruit son monde en pointillés à la Pijama Galerie
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *