Expos

« Fantaisies pour un palais », quand le merveilleux s’empare du réel

« Fantaisies pour un palais », quand le merveilleux s’empare du réel

08 décembre 2019 | PAR Magali Sautreuil

Pénétrez dans les sous-sols du château de Maisons pour découvrir un lieu propice à la rêverie, complètement métamorphosé par l’exposition itinérante qu’il accueille jusqu’au 22 mars 2020. Fantaisies pour un palais vous transporte au pays des contes de fées et du rococo et vous invite à laisser libre cours à votre imagination…

Contrastant avec la luminosité du château de Maisons, ses sous-sols offrent une atmosphère propice au rêve. Dans une ambiance intemporelle, feutrée et musicale, se dévoile ainsi peu à peu l’exposition itinérante et familiale, Fantaisies pour un palais.

Celle-ci nous propose un voyage en six étapes à la frontière du réel et de l’imaginaire, nous emmenant des intérieurs de nobles demeures à L’Île enchantée, en passant par Le cabinet des fées, Le salon des miroirs, Le bosquet féerique, La grotte merveilleuse… Dès la première salle, intitulée Le palais magique, le ton est donné : deux miroirs « enchantés », sur lesquels figurent des inscriptions, évoquent en effet le passage vers le monde des songes. Il en est de même pour le théâtre miniature que l’on aperçoit depuis le haut de l’escalier et dans lequel apparaît en projection une succession de décors de palais magiques…

L’exposition explore d’ailleurs les liens entre le rococo et les contes de fées : l’un enchante la réalité, l’autre sublime la fiction. Les contes sont en effet truffés de descriptions de décors merveilleux, constitués de dorures, de porcelaines, de miroirs… que l’on retrouve dans le style rococo, aussi appelé rocaille, un courant artistique né au XVIIIe siècle. On parle d’ailleurs de féerie rococo.

Une partie des objets et des décors a été spécialement conçue pour l’exposition, à l’exception notamment de deux maquettes miniatures de décors d’opéra réalisés par Piero Bonifazio Algieri entre 1757 et 1760 pour l’opéra de Paris. Extrêmement fragiles, ces dernières ont été exceptionnellement sorties des réserves du château de Maisons situées à Champs-sur-Marne. Vous pourrez les admirer dans Le cabinet des fées, une salle qui doit son nom au recueil éponyme de contes des XVIIe  et XVIIIe siècles du chevalier Charles-Joseph de Meyer, publié en 1785.

Quant aux costumes, ils proviennent pour le plupart du film Vattel, qui a été tourné au château de Maisons.

L’idée majeure n’est pas tant de reconstituer scrupuleusement des intérieurs du XVIIIe siècle, mais plutôt de retranscrire l’univers onirique et empreint de fantaisie dans lequel évoluaient les lettrés et les aristocrates de l’époque.

Trompe-l’œil, jeux de miroirs, peintures et vidéos participent à la constitution du décor enchanté de l’exposition. Même les panneaux de salle traduisent le faste des ornements rococo, qui se traduisent par un jeu subtil de courbes et de contre-courbes inspirées des lignes du corps féminin et qui explorent de nouveaux horizons, s’étendant au-delà des limites de l’architecture et de la réalité.

L’atmosphère intimiste de l’exposition rappellent quant à elle les lieux dans lesquels se sont développés les contes, à savoir les boudoirs et les salons des hôtels particuliers, des palais et des châteaux. D’une tradition orale populaire, le conte devient, grâce à sa forme courte et à sa dimension ludique, à la fin du XVIIe siècle, un art littéraire et mondain, où hommes et surtout femmes de lettres rivalisent d’esprit et de style. Ce genre féerique nouveau se distingue également par le raffinement qui l’entoure, tant au niveau des décors luxueux, que des fêtes somptueuses auxquelles il donne lieu et aux costumes des salonniers. Le salon des miroirs est une des salles qui retranscrit peut-être le mieux cette ambiance, de par son éclairage tamisé, ses jeux de glaces qui se renvoient leur reflet à l’infini et l’apparition à travers l’une d’entre elles de personnages inspirés de ceux des Fêtes galantes d’Antoine Watteau, où des hommes et des femmes, costumés ou en robes de bal, s’amusent et se courtisent dans des paysages champêtres et vaporeux.   

À la fin de votre voyage, vous pourrez prendre place dans un décor de palais et vous prendre en photo pour immortaliser cet instant de rêverie.

Sachez également que cette exposition itinérante est susceptible d’évoluer en fonction des lieux qui l’accueillent puisqu’elle s’adapte à leur espace et à leur architecture. Une occasion de la redécouvrir sous un autre angle et avec un nouveau regard.  

Fantaisies pour un palais, exposition itinérante produite par le Centre des Monuments Nationaux et scénographiée par Francis Adoue, présentée du 16 novembre 2019 au 22 mars 2020, au château de Maisons à Maisons-Laffitte. Ouvert tous les jours, sauf le mardi, de 10h à 12 h 30 et de 14h à 17h.

Retrouvez l’actualité du château de Maisons-Laffitte sur son site Internet (ici) et sur sa page Facebook (ici).   

Visuels : Affiche officielle et photographies de © Magali Sautreuil.

Infos pratiques

Théâtre de la Contrescarpe
La Scala Paris
Magali Sautreuil
Formée à l'École du Louvre, j'éprouve un amour sans bornes pour le patrimoine culturel. Curieuse de nature et véritable "touche-à-tout", je suis une passionnée qui aimerait embrasser toutes les sphères de la connaissance et toutes les facettes de la Culture. Malgré mon hyperactivité, je n'aurais jamais assez d'une vie pour tout connaître, mais je souhaite néanmoins partager mes découvertes avec vous !

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *