Expos
[expo] Hubert Robert : Un peintre visionnaire au Louvre jusqu’au 30 mai

[expo] Hubert Robert : Un peintre visionnaire au Louvre jusqu’au 30 mai

13 mars 2016 | PAR Sandra Bernard

Connu principalement pour ses peintures de “ruines” Hubert Robert (1733-1808) est pourtant l’un des peintres les plus célèbres et les plus talentueux au XVIIIe siècle. Ayant traversé les époques et les régimes, son art reflète les nombreuses facettes de son temps. Redécouvert depuis quelques décennies à peine, le musée du Louvre, qui entretient une relation toute particulière avec le peintre, lui consacre une grande exposition monographique.

Né dans l’entourage du futur duc de Choiseul, grand ministre de Louis XVI, Hubert Robert reçoit une éducation soignée. Son puissant protecteur décèle son talent et l’impose à la Villa Médicis où Robert se familiarise avec l’Antiquité classique et rencontre d’autres artistes fameux comme Fragonard avec qui il entre dans une émulation fertile. De ce séjour dans la ville éternelle, Hubert Robert revient avec une technique nettement affermie, mais également un goût pour les antiquités et pour l’architecture.

Spirituel, sociable, créatif et observateur, Hubert Robert disposait de toutes les vertues pour un artiste de son temps. Ces qualités lui ont permis non seulement de percer rapidement dans le milieu de l’art, mais expliquent également sa carrière d’une impressionnante longévité malgré les troubles politiques qui ont secoué la fin du XVIIIe siècle français.

Des ses premières œuvres, ce qui frappe, c’est son sens de la composition et de l’observation. Il parvient à saisir l’atmosphère de Rome tout en magnifiant ses monuments dans des paysages urbains savamment orchestrés et animés. Son sens de la théâtralité  passe par l’adoption de points de vues décalés et des constructions savantes. Dès son retour en France, il est remarqué au Salon de 1767 par Diderot, Dès lors, les commandes affluent de toutes parts.

Travailleur infatigable, Hubert Robert produit un nombre impressionnant de peintures et surtout de dessins (plus de quatre mille conservés). Quelque soit le sujet, Robert parvient à insuffler à ses œuvres de la monumentalité baignée d’une luminosité toute particulière.

Témoin des mœurs et des évolutions de son temps, il représente l’Anticomanie florissante avec la découverte de Pompeï et Herculanum, le pittoresque principalement visible dans l’art des jardins ou encore le “sublime” au sens romantique du terme. Ses paysages urbains ou naturels rencontrent un tel succès que les grands noms de l’aristocratie et de la royauté lui commandent non seulement des tableaux, mais également des décors peints, du mobilier et même des dessins pour la réalisation de jardins. Il est le grand promoteur en France du jardin pittoresque (par opposition au jardin régulier cher à Le Nôtre).

Parisien dans l’âme, Robert croque sa ville sous tous les angles, laissant une véritable documentation sur le Paris de la fin du XVIIIe siècle. C’est là qu’il traverse la Révolution et ses vicissitudes, puis les régimes successifs jusqu’à sa mort en 1808.

Dès son entrée à l’Academie en 1766, puis sous la Révolution, Hubert Robert tisse un lien tout particulier avec le Louvre. Il y obtient un atelier après sa réception à l’Academie comme “peintre de paysages” puis, plusieurs années plus tard, il devient le premier directeur du “Museum national des arts”. Une bonne partie de ses oeuvres représente le palais, que ce soit comme théâtre de ses fameuses “ruines” ou bien dans les projets d’aménagements qu’il a imaginé.

Ainsi, au travers de plus de 140 oeuvres réparties en seize thématiques, l’exposition embrasse non seulement la carrière exceptionnelle d’Hubert Robert, mais aborde également une part plus profonde de sa perception et de sa culture personnelle. Pour la première fois depuis les années 1930, le public peut admirer un ensemble aussi conséquent d’oeuvres de Robert disséminées dans le monde entier. Une raison supplémentaire de découvrir ou de redécouvrir cet artiste foisonnant qui a marqué l’imaginaire collectif par la puissance de son art.

 Informations pratiques :

Hubert Robert, 1733-1808 Un peintre visionnaire du 9 Mars 2016 au 30 Mai 2016, Lieu : Hall Napoléon, sous la pyramide, Tarifs sur place : Billet unique (collections permanentes et expositions) : 15€, Ouvert tous les jours, sauf le mardi, de 9 h à 18 h. Nocturnes les mercredi et vendredi jusqu’à 21h45, Renseignements : 01 40 20 53 17

Visuels : DR

Infos pratiques

Deux nominations dans le Monde du Théâtre
« Dans le Squelette de la Baleine » d’Eugenio Barba au Soleil : un théâtre pauvre d’une infinie générosité
Sandra Bernard
A étudié à l'Université Paris Ouest Nanterre la Défense l'Histoire et l'Histoire de l'Art. Après deux licences dans ces deux disciplines et un master recherche d'histoire médiévale spécialité histoire de l'Art dont le sujet s'intitulait "La représentation du costume dans la peinture française ayant pour sujet le haut Moyen Âge" Sandra a intégré un master professionnel d'histoire de l'Art : Médiation culturelle, Patrimoine et Numérique et terminé un mémoire sur "Les politiques culturelles communales actuelles en Île-de-France pour la mise en valeur du patrimoine bâti historique : le cas des communes de Sucy-en-Brie et de Saint-Denis". Ses centres d'intérêts sont multiples : culture asiatique (sous presque toutes ses formes), Histoire, Histoire de l'Art, l'art en général, les nouveaux médias, l'art des jardins et aussi la mode et la beauté. Contact : sandra[at]toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture